Albertini, Eugène  
L ' Afrique romaine — Algier, 1937

Seite: 5
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/albertini1937/0011
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile

Gaston Boissier, L'Afrique romaine, Paris, Hachette, 1895.

Schulten, Das rœmische Africa, Leipzig, 1899. Une traduction
fiançaise, malheureusement mal faite, a paru dans la Revue Tuni-
sienne, 1904.

Gsell, L'Algérie dans l'Antiquité, 2° édition, Alger, 1903, tra-
vail repris et mis à jour dans l'Histoire d'Algérie de Gsell, Marçais
et Yver, Paris, Boivin, 1927 (rééditions postérieures).

En outre, les questions relatives à l'occupation militaire de l'Afri-
que ont été étudiées de façon très minutieuse par Cagnat, L'Armée
romaine d'Afrique et l'occupation militaire sous les empereurs,
2e édition, Paris, Leroux, 1912. Cet ouvrage est un recueil extrê-
mement riche de renseignements, tirés surtout des inscriptions et
des restes archéologiques, non seulement sur l'organisation militaire,
mais, indirectement, sur l'histoire politique, économique et morale
du pays.

L'étude des documents archéologiques est facilitée d'abord par
un ouvrage de M. Gsell, Les Monuments antiques de l'Algérie,
2 volumes, Paris, Fontemoing, 1901, où sont étudiés, catégorie par
catégorie, les monuments romains d'Algérie ; il va sans dire que la
majeure partie des observations et des conclusions présentées par
M. Gsell à propos des monuments d'Algérie valent aussi pour la
Tunisie ; ensuite, cette étude est facilitée par l'existence de deux
Atlas archéologiques : l'un pour la Tunisie, au 50.000e, a été établi
par Babelon, Cagnat et Reinach, Paris, Leroux, 1892-1913 (une
seconde série, en cours de publication, par Cagnat et Merlin, com-
prendra les régions pour lesquelles il n'existe que des cartes au
100.000) ; l'autre, pour l'Algérie, au 200.000e, est l'œuvre de
M. Gsell, Alger (Jourdan) et Paris (Fontemoing), 1902-1911. Ces
atlas sont des éditions spéciales des cartes dressées par le Service
topographique ; les ruines antiques, sur chaque feuille, sont men-
tionnées en rouge, par un numéro d'ordre ; une notice jointe à la
feuille donne sous ce numéro les renseignements qui concernent
les vestiges en question.

Pour la dernière partie de la période antique, décadence romaine,
invasion vandale, reconquête byzantine, — phase particulièrement
obscure et compliquée, — un livre ancien est encore utilisable :
c'est celui de Dureau de la Malle, L'Algérie (histoire des guerres
des Romains, des Byzantins et des Vandales), Paris, F. Didot, 1852,
à compléter par Martroye, Censéric, Paris, Hachette, 1907, et par
loading ...