Albertini, Eugène  
L ' Afrique romaine — Algier, 1937

Seite: 6
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/albertini1937/0012
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
E.-F. Gautier, Censéric, roi des Vandales, Paris, Payot, 1932. Pour
la période byzantine spécialement, il faut se servir de Diehl, L'Afri-
que byzantine, histoire de la domination byzantine en Afrique

(533-709), Paris, Leroux, 1896.

Enfin, il ne faut pas perdre de vue que l'histoire ancienne de
l'Afrique du Nord est constamment complétée ou corrigée par des
découvertes nouvelles ; en particulier, les inscriptions exhumées en
Tunisie, en Algérie ou au Maroc viennent fréquemment éclairer des
points obscurs ou poser des problèmes nouveaux. La publication
périodique où l'on peut le mieux suivre ce progrès des recherches
historiques dans l'Afrique du Nord est le Bulletin archéologique du
Comité des travaux historiques et scientifiques, édité à Paris, chez
Leroux. C'est à la section de ce Comité appelée Commission de l'A-
frique du Nord que sont adressées en règle générale les communi-
cations sur les découvertes récentes ; le Bulletin, qui publie les pro-
cès-verbaux des séances de la Commission, et qui imprime ou résume
les mémoires qui lui parviennent, équivaut à un compte rendu pério-
dique des recherches poursuivies et des résultats qu'elles obtiennent.
Les découvertes des Italiens en Tripolitaine sont publiées surtout
dans la revue Africa Italiana.

*

**

Après ces indications préliminaires, nous avons d'-abord à fixer
les limites de l'Afrique romaine dans le temps et dans l'espace, à
indiquer les dates qui marquent les étapes principales et de la con-
quête et de la perte du pays, et à déterminer la ligne jusqu'où s'a-
vança, sur le terrain, la domination romaine.

Jusqu'au milieu du second siècle avant l'ère chrétienne, la
République romaine n'a eu aucune possession en Afrique : ses rap-
ports avec l'Afrique n'ont pas eu d'autre forme que la guerre contre
Carthage, et lorsque les événements militaires ont amené les
Romains à faire débarquer en Afrique un corps expéditionnaire,
comme il est arrivé dans la première guerre punique avec Régulus,
dans la seconde avec Scipion l'Africain, c'était sans intention de
s'installer dans le pays : tous les Romains se rembarquaient aussitôt
que les opérations n'exigeaient plus leur présence en Afrique.

Il n'en a pas été de même après la troisième guerre punique,
en 146. Cette fois-là, Rome, ayant détruit Carthage parce que cette
destruction lui paraissait le seul moyen de se débarrasser d'une riva-
loading ...