Albertini, Eugène  
L ' Afrique romaine — Algier, 1937

Seite: 19
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/albertini1937/0033
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
— 19 —

en mettant sous ses ordres un pays très étendu. Très probablement,
ce ne sont pas des craintes de ce genre qui ont amené la solution
adoptée. Cette solution s'est réalisée comme d'elle-même, sans cal-
cul ni volonté délibérée, déterminée par la nature des choses. Diffé-
rentes par leur passé, par leur date d'entrée dans l'Empire romain,
par leur degré de civilisation, par leur pénétrabilité à l'influence
romaine, les diverses régions d'Afrique ont reçu le traitement qui
semblait le mieux s'accommoder à chacune d'elles, sans aucune
tendance vers l'unification ou l'uniformité. Le morcellement géo-
graphique de la Berbérie, ce morcellement naturel dont la consta-
tation s'impose à tous ceux qui observent le pays, se traduit sur les
cartes de l'Afrique romaine, aux trois premiers siècles de l'Empire,
par la division provinciale.

*
îjî %

Si l'on regarde, à l'intérieur de chaque province, la condition des
collectivités et des individus, on constate la même variété, la même
aversion pour les classements rigides. Il y a, pour chaque habitant
de l'Afrique pris à part, et pour chaque groupe d'habitants, toute
une série de possibilités.

Une ville peut être colonie romaine, c'est-à-dire avoir reçu un
groupe d'habitants en possession de tous leurs droits de citoyens
romains, et avoir été, à cette occasion, déclarée colonie : elle est
considérée comme une fraction de Rome détachée au delà de la mer ;
ses habitants sont, au regard de la loi, aussi pleinement romains que
ceux de Rome même.

Une ville qui n'est pas colonie peut être municipe romain, c'est-
à-dire qu'elle a, comme la colonie, des institutions calquées sur
celles de Rome, un conseil municipal qui est l'image du Sénat, des
duumvirs qui sont l'image des consuls, des édiles et des questeurs
qui ont les mêmes titres et les mêmes fonctions que les magistrats
de Rome ; comme dans une colonie, les habitants sont citoyens
romains ; mais les biens fonciers, dans les municipes, sont soumis à
des charges dont les colonies sont exemptes.

Une ville qui n'est ni colonie, ni municipe romain peut être
municipe latin : elle possède alors les mêmes institutions qu'un mu-
nicipe romain, mais ses habitants n'ont qu'un droit de cité diminué,
inférieur, qu'on appelle le droit latin ; pour obtenir le droit de cité
romaine dans un municipe latin, il faut avoir été appelé par l'élec-
tion populaire soit à la fonction de décurion ou conseiller municipal,
loading ...