Albertini, Eugène  
L ' Afrique romaine — Algier, 1937

Seite: 20
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/albertini1937/0034
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
— 20 —

c'est le cas pour les plus favorisés des municipes latins, soit à la
fonction de duumvir ou magistrat municipal, c'est la règle pour les
moins favorisés.

En dehors de ces catégories, il existe des communes pérégrines,
dont la population est presque entièrement indigène, tantôt séden-
taire, tantôt nomade ; la vie d'une commune pérégrine peut prendre
bien des formes : parfois Rome se contente de reconnaître et de
consacrer l'autorité du chef indigène sur sa tribu ; parfois elle laisse
subsister des institutions de type carthaginois ; parfois elle crée un
conseil qui pourra se transformer plus tard en conseil municipal de
type latin ou romain. Et dans toute commune, quelle qu'en soit la
classe, il existe encore une différence juridique très marquée entre
les habitants du centre urbain, lorsqu'il existe, et ceux qui vivent
épars, dans des hameaux ou des maisons isolées, sur le territoire
de la commune.

Il y a donc toute une hiérarchie de groupements, hiérarchie dont
les degrés sont multipliés à l'infini par le jeu des exemptions d'im-
pôts, ou des tarifs spéciaux appliqués, suivant les localités, aux dif-
férents droits perçus par les gouverneurs.

Il en est de même pour les individus ; leur condition n'est pas
déterminée de façon immuable par celle du groupe communal
auquel ils appartiennent, car chacun peut toujours être l'objet d'une
faveur individuelle qui l'élève au-dessus de ses concitoyens. Le
pérégrin peut recevoir le droit latin, le citoyen de droit latin peut
devenir citoyen romain ; le citoyen romain qui s'est distingué dans
les fonctions municipales peut recevoir, de l'empereur, le rang de
chevalier, et être appelé aux emplois de l'Etat ; le chevalier qui s'est
distingué dans les emplois de son ordre peut être élevé, en sa per-
sonne ou en la personne de son fils, jusqu'à l'ordre sénatoral.

Ici, la variété, l'élasticité dont fait preuve l'administration
romaine répond à une politique : en proposant aux Africains, d'étape
en étape, une situation juridique et sociale plus haute, plus avan-
tageuse, plus respectée, Rome détermine chez eux un concours
d'émulation, un effort pour mériter d'être appelés à la cité romaine,
puis aux ordres privilégiés de cette cité. Elle détermine, dans l'en-
semble de la population, un mouvement d'ascension vers la vie
•romaine, un appel par l'effet duquel les différentes couches du per-
sonnel romain puisent pour se renouveler dans le fond indigène, de
génération en génération.

*

**
loading ...