Albertini, Eugène  
L ' Afrique romaine — Algier, 1937

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/albertini1937/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
—- 43 —

en vue, en les construisant, autre chose que les nécessités mili-
taires et l'éventualité d'un siège : on a songé à se placer au niveau
des sources, à proximité des bonnes terres, et en un point tel que
la circulation et les courants commerciaux pussent y passer. C'était
ce que faisaient déjà les Carthaginois et même les Numides, sauf
exception ; les Romains n'ont eu, sur ce point, qu'à suivre, lors-
qu'ils ont établi des villes nouvelles, une tradition créée avant eux.

Il va sans dire que, d'une région à l'autre, la densité des villes
était inégale. Dans le Sud de la Tunisie comme en Tripolitaine, il
y avait quelques villes sur la côte, mais fort peu d'agglomérations
à l'intérieur. La région accidentée, coupée de plaines et de collines,
qui a son débouché naturel par le Nord-Est, à Hadrumète (Sousse),
possédait plusieurs gros centres, comme Thelepte (Feriana) et
Sufetula (Sbeitla). Les villes se multipliaient, séparées les unes
des autres par quelques milles à peine, dans les vallées des affluents
de droite de la Medjerda, et dans la vallée de l'Oued Miliane : là
se trouvaient, entre autres, Ammaedara (Henchir-Haïdra), Sicca
Veneria (Le Kef), Althiburos (Hr.-Medeina), Mactar, Thuburbo
Majus (Hr.-Kasbat). Les agglomérations urbaines étaient particu-
lièrement serrées dans la région de Thugga (Dougga), autour de
laquelle se groupaient Thignica (Aïn-Tounga), Thubursicu Bure
(Teboursouk), Uchi Majus, Musti, d'autres encore. Dans la basse
vallée de la Medjerda même, les villes étaient nombreuses aussi ;
elles se raréfiaient plus haut, vers la frontière algérienne, du côté
de BuIla Regia (Hammam-Darradji) et de Simitthu (Chemtou).
Les environs de Carthage étaient naturellement très habités, ainsi
que le pourtour du grand promontoire qui ferme le golfe de Car-
thage à l'Est. En Algérie, une série de villes borde la côte : elle com-
prend Hippo Regi'ns (Bône), Rusicade (PhiIippeviIle), Chullu (Col-
lo), Igilgili (Djidjelli), Saldas (Bougie), lomnium (Tigzirt), Rusuc-
curu (Dellys), Rusguniœ (Cap Matifou), Icosium (Alger), Tipasa,
Caesarea (Cherchell), Cartennas (Ténès), Portus Magnus (Saint-
Leu). Un groupe assez dense a sà raison d'être dans l'exploitation
des plateaux numides, avec Madauros (Mdaourouch), Thubursicu
Numidarum (Khamissa), Calama (Cuelma), Thibilis (Announa),
Cirta (Constantine), Cuicul (Djemila), Sitifi (Sétif) ; d'autres villes
jalonnent les routes qui servaient de voies de pénétration à l'œuvre
romaine, Theveste (Tébessa), Mascula (Khenchela), Thamugadi
(Timgad), Lambaesis (Lambèse). Les villes s'espacent de plus en
loading ...