Albertini, Eugène  
L ' Afrique romaine — Algier, 1937

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/albertini1937/0087
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
VI

La fin de la période romaine en Afrique

L'Afrique que nous avons considérée jusqu'à présent est celle du
second siècle et du commencement du troisième, celle qui est paci-
fique, bien organisée, prospère, qui s'est assimilé la culture romaine,
et qui, en la personne de Septime Sévère, né à Leptis en Tripoli-
taine, arrive à la tête de l'Empire. Il nous reste à voir, à grands
traits, comment cette Afrique s'est défaite, et pour quelles raisons
l'empreinte romaine, qui semblait si forte et si durable, s'est effacée
sans presque laisser de traces.

*

**

Nous avons indiqué déjà, en parlant du christianisme, que des
prodromes de désorganisation, de désagrégation pouvaient se deviner
dès la fin du second siècle, à l'époque où les églises chrétiennes se
multiplient et résistent aux persécutions. Le christianisme, avons-
nous dit, n'est pas responsable de l'effondrement de l'Empire ; mais
il est un symptôme entre plusieurs autres d'un changement dans
l'esprit général. Les liens sociaux se relâchent, le patrimoine romain
s'affaiblit : la cité de Dieu, la Jérusalem céleste à laquelle les
croyants aspirent, leur fait perdre de vue l'Etat et l'intérêt collectif ;
chez les non-chrétiens, de même, des préoccupations soit mystiques,
soit égoïstes oblitèrent les sentiments de loyalisme, de solidarité,
de dévouement à la chose publique qui étaient indispensables pour
maintenir la cohésion d'un grand Empire. Ce changement dans les
dispositions intimes des individus, dans les âmes des hommes qui
vivent à l'intérieur des frontières romaines, prépare la dislocation de
tout l'édifice.

Cett dislocation commence à se réaliser aussitôt après le règne
des Sévères. Llexandre Sévère, le dernier empereur de cette dynastie,
meurt en 235 ; c'est en 238, sous le règne de son succsseur Maxi-
loading ...