Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 2.1858

Seite: 17
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1858/0017
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
17

ALBUM PRATIQUE DE L’ART INDUSTRIEL. — 2* ANNÉE. — JUILLET-AOUT 1858.

18

tt° 4. — Juillet = Jout 1858.

PL. 19, 20, 21, 22.

SOMMAIRE.

texte. — 37 ((). De l’influence des matériaux sur les styles architectoniques.
Chronique.— Statues et monuments commémoratifs.—Wotes et Documents.

— Belvédère en bois découpé, pour jardins publics et promenades (PI. 19). — Balus-
trades et treillages en bois découpé (PI. 20). — Grilles de la propriété de M. de
Rothschild et du bois de Boulogne (PI. 21). — Grilles en serrurerie d’ornement de
la cathédrale de Nîmes, du vieux château de Stuttgard, de la chapelle du Volto-
Santo, à Lucques, etc. (PI. 22). — Bcvuo des Expositions des Beaux arts.

— Exposition universelle des Beaux arts de 1859. — Exposition de Dijon. — Exposi-
tion d’Alençon.—Exposition d’Angers.— Prochaines expositions en France et à
l’étranger. — Revue Bibliographique.

PLASCHES. — 19. Belvédère en bois découpé. — 20. Balustrades et treillages
en bois découpé. — 21. Grilles de M. de Rothschild et du bois de Boulogne.—
22. Grilles en serrurerie d’ornement.

37. De l’i nfluence des matériaux sur les styles
architectoniques.

De toutes les causes qui influent sur la variété des formes architec-
toniques, la plus puissante est, sans contredit,la nature des matériaux.

En faisant abstraction des imitations maladroites que l’on a faites en
tous temps des styles les plus remarqués avec des matériaux im-
propres , on peut dire que chaque disposition généralement adoptée
en architecture est la conséquence implicite de l’emploi de telle ou
telle espèce de matières premières.

Nous avons déjà reconnu celte loi dans les différents modes de bâtir
dont nous avons analysé les principes au commencement de ce recueil
( Essai sur la philosophie des Constructions).

Nous avons vu les architectes de l’Égypte et de la Grèce préférer les
entablements horizontaux et les formes rectangulaires résultant de
l’usage de la pierre de taille, aux arceaux et aux plans arrondis qui
caractérisent l’architecture romaine par suite de l’usage de plus petits
matériaux.

Nous avons montré les constructions légères et les ornements en bois
découpé se produire là où le bois était abondant, en Suisse, en Tyrol,
en Wurtemberg, en Suède et en Norwége.

Nous avons enfin émis le vœu que l’emploi du fer et de la fonte, dans
les constructions industrielles de tous les pays, conduisît à l’adoption
d’un style uniforme et d’un aspect harmonieux, pour toutes les construc-
tions métalliques.

Nous insisterons plus spécialement ici sur la nécessité économique de
toujours mettre les formes élémentaires et les modes de construction
de chaque bâtiment en harmonie avec les ressources locales et avec les
dimensions courantes du commerce.

Avant de déterminer tel ou tel système de charpente ou de couver-
ture , avant de fixer l’épaisseur d’un mur, la hauteur d’un solivage ou
le diamètre d’un tirant, il est indispensable de consulter les dimensions
du commerce et les procédés en usage dans le pays.

On pourra souvent réaliser des économies considérables, et accélé-
rer du tout au double l’achèvement d’un travail pressé, en introduisant
dans les projets des modifications insignifiantes en apparence, et qui ne
changent presque rien aux proportions générales, mais qui ramènent
les éléments aux dimensions courantes, et peuvent seules permettre
d’approvisionner en bref délai, et de résoudre les difficultés d’exécution.

(l) Pour la suite des Numéros, voir les Nouvelles Annales de la Construction et le
Portefeuille économique des Machines.

0—6.

CHRONIQUE.

Statues et monuments eommémoratlfs.

La statuaire monumentale a pris, depuis quelques années, un re-
marquable développement dans nos villes de province.

Autrefois, l’inauguration d’une statue ou d’un monument était un évé-
i nement qui ne se représentait que deux ou trois fois en dix ans.

Aujourd’hui ou vote et on inaugure, dans les Départements, plusieurs
statues chaque année, et l’on peut évaluer à plus de cent le nombre
i des figures en bronze ou en marbre qui ont été consacrées par les vil—

! les de province depuis ces vingt dernières années.

Ce fait, très-caractéristique, a une signification multiple.

Il démontre l’importance légitime attachée de nos jours à tous les
services qui ont pu contribuer au progrès général.

Il encourage le bien et la persévérance dans toutes les branches de
l’art ou de l’industrie, dans toutes les carrières utiles et honorables.

Il constitue un mode de décoration des villes qui est à la fois le plus
simple, le plus rationnel et le plus économique.

Il témoigne d’une réaction éminemment désirable et salutaire contre
la centralisation intellectuelle des capitales, car chaque ville qui ho-
nore un de ses citoyens semble augmenter son propre mérite de toute
la reconnaissance due à l’homme qu’elle a nourri dans son sein.

Enfin, lorsque une ville élève une statue ou un monument à un sou-
verain qui l’a plus particulièrement favorisée et protégée, au créateur
d’une Industrie quf s’est développée dans ses murs, elle ne peut que
développer encore dans tous les esprits les sentiments les plus
louables, par le rappel constant des faits heureux de son histoire, et
des causes les plus efficaces de sa prospérité.

Statue équestre de Napoléon I" à Cherbourg.

La statue équestre en bronze de Napoléon Ier, que M. Armand Leveel
a exécutée pour la ville de Cherbourg, est complètement terminée. La
fonte en avait été des plus heureuses. On sait que, dans l’intérêt de la
solidité et de la conservation des statues en métal, cette fonte, aujour-
d’hui, se fait par fragments. On y trouve cet avantage que les parties
traitées ainsi séparément sont beaucoup plus soignées, et que l’on évite
les graves inconvénients qu’il n’est pas toujours possible de prévenir
dans une fonte d’un seul jet.

La statue a été montée, ajustée, et on peut la voir aujourd’hui dans
les ateliers de fonderie de M. Eck, telle qu’elle sera placée sur le
' piédestal que M. Geufroy, architecte de la ville de Cherbourg, a érigé
sur le quai Napoléon, en regard de la rade ; piédestal de granit durable
en harmonie avec le bronze qui reproduit l’œuvre de M. Armand
Leveei..

Statue du maréchal Suehct à Lyon-

La statue du maréchal Suchet, à demi débarrassée des voiles qui
l’entouraient, a été dressée sur son piédestal, sur une des places de la
ville de Lyon. Comme la plupart des travaux accessoires de maçon-
nerie, de sculpture et de polissage des marbres sont terminés, tout an-
nonce la prochaine inauguration de ce monument; et, autant que l’on
en peut juger au milieu des embarras de construction qui en masquent
encore la vue, cette œuvre ne sera pas un des moindres ornemenls de
la cité Lyonnaise.

Statue «le Pothier à Orléans.

La ville d’Orléans, jalouse d'élever un monument à la mémoire de
l’un des plus éminents jurisconsultes de la France, à Pothier, a ouvert
une souscription qui commence à se remplir. Le modèle de la statue
qui doit être coulée en bronze a été confié à M. Dubray. Pothier

1858. — 3
loading ...