Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 2.1858

Seite: 25
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1858/0021
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
25

ALBUM DE L’ART INDUSTRIEL — 2* ANNÉE. — SEPTEMBRE-OCTOBRE 1 858.

26

tl° 5. —- Octobre 1858.

PL. 23, 2U, 25, 26.

SOMMAIRE.

TEXTE. — Projet* et propositions utiles.— 48. Achèvement du pont de
la Concorde, — 40. Couronnement de l’Are de Triomphe de l’Étoile. —50. Dorure des
colonnes rostrales et des becs de gaz de la place de la Concorde. — 51. Abatage des
angles des dés intercalés dans les colonnes des pavillons d’octroi de Paris. — 52. Plan-
tation de deux rangées d’arbres pour donner de l’ombre aux contre-allées de l’avenue
de l’Impératrice. — 53. Établissement de quelques passages à travers la barrière con-
tinue qui sépare la chaussée des voitures de celle des piétons. — Chronique. —
Fontaine monumentale à l’entrée du bois de Boulogne. — Décoration de la galerie
d’Apollon au Louvre. — Buste de M. Legentil à la bibliothèque de la Chambre de
commerce. — Statue du maréchal Gérard à Damvilliers (Meuse). — Monument de
Luther à Worms.— Statue équestre de Bolivar. — iVoies et Documents. — Bou-
levards de Paris. — Les Boîtes aux lettres en fonte du service des Postes (PL 23). —
Bouches d’arrosage et bornes-fontaines du service municipal. — Becs de gaz et can-
délabres à piédestal ou à console (PL 25). — Les arbres et les grilles horizontales des
boulevards (PI. 26). — uevue Kibliograpliiquc. — De l’Union des Arts et de
l'Industrie, par M. le comte de Laborde, membre de l’Institut. — Études sur les
Beaux Arts, par M. F. B. de Mercey.

PROJETS ET PROPOSITIONS UTILES.

4» (1). Achèvement «In Pont tic la Concorde.

Depuis longtemps on parle de décorer les grands dés vides qui sur-
montent les piles du pont de la Concorde, au moyen de groupes en
marbre ou de trophées appropriés à l’architecture générale du pont.

S’il nous était permis d’émettre une opinion à cet égard, nous pro-
poserions de les surmonter de statues assises, semblables à celles qui
décorent les abords de la Chambre des députés.

On choisirait dans l’histoire parlementaire ou judiciaire de la France
les hommes les plus célèbres, dans le même ordre d’idées que Sully,
Colbert, Molé, etc.

Il y aurait alors, entre cette avenue naturelle du palais Bourbon et le
palais lui-même, une harmonie de pensée évidente pour le spectateur.

11 est clair qu'il ne faudrait pas décorer avec des trophées militaires,
ou des objets sans signification précise, un pont dédié à la Concorde et
placé en face du sanctuaire des lois.

49. Couronnement «le l’Arc de Triomphe de l'Étoile.

L’Arc de Triomphe n’est pas complet; il lui manque le couronnement
indispensable qui doit surmonter tous les monuments de ce genre.

On a déjà proposé un aigle (Victor Hugo) ; mais nous ne pensons pas
qu’un seul objet, quelque grand qu’il soit, puisse être d'un effet assez
complet pour couvrir et garnir, sans rompre l’harmonie des lignes, un
aussi colossal monument.

L’Arc de Triomphe est déjà très-lourd par lui-même. Si on le sur-
monte d’un objet à lignes trop simples , et qui présentera nécessaire-
ment à l’œil un contour très-opaque et très-peu découpé, on l’alourdira
bien davantage.

Nous pensons qu’en présence de l'usage général des Romains, qui
surmontaient les arcs de triomphe de la statue du triomphateur, il
faudrait mettre au concours un char triomphal en bronze, richement
orné, traîné par des chevaux en quadrige, et portant une figure assise
ou debout de Napoléon Ier en costume impérial, sceptre en main et
couronné de lauriers.

A droite et à gauche de ce groupe principal, il faudrait placer soit
deux trophées militaires en bronze, soit deux autres groupes plus
petits, formant triangle frontal avec le premier, et composés de statues
équestres représentant les principaux maréchaux du premier empire.

Le char et les deux groupes de statues équestres pourraient être

(1) Pour la suite des Numéros, voir les Nouvelles Annales de la Construction et le
Portefeuille économique des Machines.

0 — 7.

complétés s’il y avait lieu, pour leur donner plus de base, par des
figures à pied, tenant les rênes des chevaux.

Si nous avons parlé de concours, c’est que nous pensons que dans
des questions de ce genre, qui intéressent à un si haut degré le senti-
ment artistique de toute une population, on ne saurait trop faire appel
aux hommes de bon conseil.

En thèse générale, nous voudrions que, pour tout ce qui touche à la
décoration ou à l’embellissement des villes, on ne fît jamais rien sans
consulter l’opinion publique; et pour qu’un concours de ce genre ait
toute l’efficacité désirable, il faudrait, indépendamment des récompenses
données aux auteurs des meilleurs projets, faire de ces projets, et avant
la distribution des prix, une exposition publique.

11 faudrait faire appel direct aux critiques de la presse et du public,
et, même après avoir arrêté son choix, faire encore un essai sur place
même, et dans les proportions définitives, de modèles en plaire qui
donneraient également lieu à des observations utiles à enregistrer pour
le perfectionnement de l’œuvre.

50. Dorure îles colonnes rostrales et îles becs île gaz

de la place de la Concorde.

On se souvient qu’avant le badigeonnage en bronze antique des
colonnes rostrales et des becs de gaz de la place de la Concorde, ces
accessoires décoratifs portaient sur leurs arêtes et sur leurs ornements
les plus saillants une élégante dorure qui faisait ressortir avec goût toute
la finesse de leurs détails.

Pourquoi cette dorure ne serait-elle pas rétablie?

Il semble que le ton bronzé actuel est bien sombre et bien peu riche
pour une place qui doit être la plus belle du monde entier.

51. Almtage îles angles îles îles

intercalés dans les colonnes des pavillons d'octroi de Paris.

Tout le inonde a été frappé, en traversant les barrières de Paris, du
singulier et grossier effet de ces cubes en pierre qui viennent rompre
à intervalles égaux les colonnes des corps de garde et des pavillons
d’octroi.

Ne pourrait-on pas, tout en respectant suffisamment la tradition his-
torique, abattre au moins les arêtes verticales les plus saillantes de ces
blocs par des pans coupés qui les transformeraient en prismes octogones ?

Peut-être serait-il plus simple encore d’arrondir tout à fait ces co-
lonnes , en supprimant ainsi complètement la fantaisie bizarre qui a
imaginé ce style sans nom et sans précédent.

52. Plantation de deux rangées d'arbres

pour donner de l’ombre aux contre-allées de l’avenue de l’Impératrice.

Les personnes qui ont été à pied, en été, en plein soleil, au bois
de Boulogne par l’avenue de l’Impératrice, savent ce que nous de-
mandons.

Les arbres dont il s’agit seraient placés intérieurement et le long
des barrières en bois qui séparent la chaussée principale des deux
chaussées latérales.

L’avenue est assez large pour que cette plantation ne puisse dérober
en aucune façon aux promeneurs la vue du mont Valérien.

D’ailleurs, il suffirait de choisir des arbres d’une nature et d’une
limite de croissance convenables.

Nous appelons sur celte amélioration de détail l’attention des ingé-
nieurs du service des promenades et plantations de Paris.

1858. — k
loading ...