Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 3.1859

Seite: 31-32
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1859/0024
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
31

ALBUM DE L’ART INDUSTRIEL. — 3* ANNÉE. — JUILLET-AOUT 1859.

32

de verdure et les beaux jours d’été verront s’inaugurer à la fois le
nouvel édifice panoramique et la promenade restaurée si chère aux
Parisiens.

Pose «les candélabres de la cour du Lnuvrc.

On termine en ce moment au Louvre, dans la cour de Napoléon III,
la pose des candélabres en bronze destinés à l’éclairage et à l’orne-
ment de cette vaste place. Ces candélabres sont d’une bonne forme, et
la hauteur à laquelle le jet de gaz sera placé est combinée de manière
à projeter sur les trottoirs une lumière abondante. A la base du pié-
destal, sur la principale de ses faces, est sculpté un dauphin en haut
relief. Des branches de laurier d’un relief peu saillant s’enroulent au-
tour de la partie inférieure du fût.. La lanterne est ronde et elle porte,
à son sommet, la couronne impériale.

Cette couronne pourrait être un peu moins grande, pour la bonne
proportion de l’ensemble de la lanterne.

Installation du musée de l’Algérie au palais
•le l’Industrie.

Le musée de l’Algérie, créé il y a déjà plusieurs années par le minis-
tère de la guerre, est passé dans les attributions du nouveau ministère
de l’Algérie et des colonies. La conservation de cet établissement, qui
s’est augmenté dans des proportions considérables, a été confiée à un
des artistes qui ont accompagné le prince Napoléon dans son voyage
aux mers polaires. Ce musée, divisé en deux parties et placé dans deux
quartiers différents de la capitale, va être prochainement installé dans
le palais de l’Industrie. On lui consacrera toute la partie qui fait face
à la Seine. Ce vaste emplacement permettra de rassembler avec autant
de méthode que de clarté toutes les richesses recueillies par le gouver-
nement et par de nombreux voyageurs.

Quoi qu’il en soit, que le Jury ait été faible ou sévère, occupons-
nous de l’exposition telle qu'elle est.

Les absents sont nombreux cette année ; MM. Ingres, Horace Vernet,
Decamps, Couture, Meissonnier et d’autres encore, aimés du public,
n’ont rien envoyé. Ce sont des maîtres que l’on ne remplace pas aisé-
ment, et le vide de leur absence est d’autant plus sensible que les mé-
diocrités sont bien nombreuses.

Le Salon de 1857 était essentiellement guerrier. Ce n’étaient que
zouaves et cosaques, Alma et Inkermann, Traktir et Malakoff; le
grand salon comptait presque autant de maréchaux que VAnnuaire
militaire, et plusieurs centaines de mille hommes défilaient sous les
yeux des promeneurs au milieu de la fumée des combats. Le Salon de
1859 est plus pacifique; les batailles sont plus rares, les zouaves moins
nombreux, les Russes dispersés.

Les tableaux de genre ont pris rang ; les Bretons sont nombreux , le
siècle de Louis XIII et celui de Louis XV fréquemment représentés;
les fêtes de Cherbourg n’ont pas été oubliées. Enfin, comme toujours,
les portraits abondent.

Après les portraits, ce qui domine, ce sont les animaux; le grand
succès du Salon est même pour un peintre d’animaux, pour M. Troyon,
qui a envoyé six magnifiques toiles.

L’Orient et l’Afrique ont inspiré plusieurs artistes, et les scènes algé-
riennes, les vues de Constantinople, du Caire et des déserts sont nom-
breuses; quelques-unes méritent une mention honorable.

Les tableaux religieux sont en petit nombre; en général, ils sont des
plus médiocres, pour ne pas dire davantage.

Nous avons déjà parlé, dans une précédente livraison (Mars-Avril
1859), de la commission de la loterie Instituée par S. Exc. le ministre
d’État et de la maison de l’empereur, et composée de MM. le Comte
de Morny, président; le duc de Cambacérès, Schneider, Marquis
Raison. Elle a désigné pour faire partie de la loterie, les objets d’art
ci-après indiqués, au nombre de trente et un :

REVUE DES EXPOSITIONS DES BEAUX-ARTS.

Exposition «le 18S».

Au point de vue de la statistique l’exposition est très-riche, si riche
qu’elle arrive en quatrième ligne, c’est-à-dire que, depuis la fondation
ou salon, elle n’est surpassée que par les expositions de 1858, 1850 et
1855, et encore faut-il ajouter qu’en 1855 l’exposition était universelle,
et qu’en 1858, l’exposition était libre.

L’exposition de 1859 renferme 3,885 ouvrages se répartissant ainsi
d'après le livret :

Peinture. 3,055

Sculpture. A72

Gravure. 159

Architecture. 113

Lithographie. 95

Total. 3,885

De plus, le livret mentionne quarante-et-un artistes dont les ouvrages
exécutés ou placés dans des monuments publics n’ont pu faire partie de
l’exposition. Quelques-unes de ces œuvres sont représentées par des
photographies.

En dehors du salon et du livret se trouve encore une grande exhibi-
tion de photographies, présentant elle aussi un chiffre assez considérable.

En général on se plaint toujours du Jury; on l’accuse de trop de ri-
gueur, on l’a même accusé de parti pris. Cette année, les plaintes ont
été nombreuses, et ont eu un certain retentissement, ce qui ne veut pas
dire qu’elles soient plus fondées.

En parcourant le salon, cette guerre contre le Jury nous est revenue
à l’esprit, et nous nous sommes demandé si, en vérité, l’on pouvait ac-
cuser le Jury de trop de sévérité ; nous ne le pensons pas, et, pour notre
compte si nous avions une accusation à lui faire ce serait d’avoir été
trop indulgent.

Du reste, une proposition avait été faite, et, pour notre part nous
aurions été bien aise de la voir accueillie; on avait proposé défaire
une exposition particulière des œuvres refusées, afin de rendre juge le
public, lui qui, en définitive, est le seul juge. Il est regrettable que
cette idée n’ait pas été mise à exécution ; car si, comme nous en avons
la conviction, le Jury a été juste et équitable, nous aurions vu des choses
curieuses.

NOMS DES ARTISTES.

NUMÉROS

(lu

livret.

SUJETS DES TABLEAUX.

Leleux (Armand).

Leroux (Charles).

Lamorinière.

Zo.

Bandit.

Batleroy (Albert de). . . .
Laugée.

Lavieille (Eugène).

Pils.

Fiche! ..

Toulmouche.

Le chevalier Chevignard.

Browne (M”").

Desjobert.

Penguilly.

Hanoteau.

Capelle.

Bluhum.

De Curzon.

Caraud.

Blda.

De Knyff.

Breton.

Idem.

Buiperez.

Duverger. • . .

Bellangé.

Le Poitevin.

Bonheur (Auguste). . . .

Van Marck.

Aubert. ..

1,922

1,973

1,745

3,038

Faits divers : Intérieur suisse.
Pèche au saumon sur la Loire.

Paysage.

Halte de contrebandiers (Espagne).

103

104
1,796

1,827

2,455

1,062

2,881

1,851

433

859

2,368

1,398

488

285

744

490

264

1,673

410

412

2,656

982

199

1,958

291

2,086

76

Le Viatique.

Le Renard et les Raisins.

Le Goûter des cueilleuses d’œillettes (Pi-
cardie).

L’Étang et la Ferme de Bourcq (Aisne).

Défilé des zouaves (Sébastopol).

Le Déjeuner.

La Leçon.

Le Bénédicité.

Les Sœurs de charité.

Arbres au bord de la mer (Calvados).

Une Ronde d’oflîciers du temps de Charles-
Quint.

Une Matinée sur les bords de la Canno

(Nièvre).

Avant la Messe (Basse-Navarre).

Paysage ( Brie).

Femmes de Mola (Naples).

Représentation d’Athalie devant Louis XIV.
Corps de garde d’Arnautes, au Caire.
Souvenirs du château de Petersheim.
Plantation d’un Calvaire.

Une Couturière.

Une Novice de l’ordre de Saint-François.
L’Hospitalité.

Le Salut d’adieu (scène de la guerre de
Crimée).

La Vigie.

Troupeau de Vaches (Pyrénées).

Animaux (paysage).

Rêverie.

Ces trente et un tableaux sont réunis sur un seul panneau, au haut
du grand escalier, où le public peut les voir en entrant dans les salles
de l'Exposition.

Le produit du placement des billets étant exclusivement consacré à
acheter des œuvres d’art, la commission pourra procéder ultérieure-
ment à de nouvelles acquisitions.

G.-A. OPPERMANN, Directeur,
11, rue des Beaux-Arts, à Paris.

Paris. — Imprimé par E. Thunot et C*, rue Racine, 26.
loading ...