Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 4.1860

Seite: 09-10
DOI Seite: 10.11588/diglit.26966#0013
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1860/0013
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile

L’ART INDUSTRIEL.

MARS-AVRIL 1,8.60.

10

U° 2. — ütrtre-^urU 1860.

PL. 7, 8, 9, 10.

SOMMAIRE.

1PEXTE.— Projets et propositions utiles. — 146. Introduction des tours
en cristal dans l’architecture des villes. — Notes et Documents. — Maisons de
campagne des environs de Francfort-s.-M., par M. Ch. Gramm, Architecte (PI. 7-8).
— Serrurerie artistique. — Grille dormante en fer forgé, style Louis XIV, de la
chapelle Saint-Jean; Grille et porte en fer forgé,- style Louis XV, de la chapelle
Saint-Laurent (cathédrale de Sens) (PI. 9 et 10).— La Perspective savante et la
Perspective pittoresque, par J. Adhémar.— Kcvue photographique. — Nouveau
procédé pour obtenir des épreuves sur collodion sec. — Activité persistante communi-
quée par la lumière à un corps insolé. — Procédés employés pour la gravure par la lu-
mière solaire.— Chronique «les Meaii*-Arts.— Inauguration du monument élevé
à la mémoire de Louis Vistioim.—Établissement de nouveaux kiosques lumineux des-
tinés à la vente des journaux dans Paris. — Reconstruction des théâtres du boulevard
du Temple. — Nouvelles statues de l’hôtel de la Préfecture de police. — Plantations
d’arbres aux abords du Panorama (Champs-Élysées). — Application des machines à la
sculpture. — Travaux de la fontaine Saint-Michel, à Paris.

planches.— 7-8. Maisons de campagne des environs de Francfort-s.-M., par
M. Ch. Gramm, Architecte. — 9 et 10. Grille en fer forgé, style Louis XIV, de la cha-
pelle Saint-Jean ; Grille et porte en fer forgé, style Louis XV, de la chapelle Saint-Lau-
rent (cathédrale de Sens).

PROJETS ET PROPOSITIONS UTILES.

146 (1). Introduction «Ses tonrs en cristal

dans l’architecture des villes.

Dans le palais de cristal de New-York, et dans celui de Sydenham
près de Londres, il existait, et il existe encore d’élégantes tonnelles en
fer et en vitrerie, qui, ornées de balcons et décorées d’oriflammes,
contribuaient, pour beaucoup, à l’élégance et à la variété du coup d’œil.

Nous avons déjà plusieurs fois insisté sur l’opportunité qu’il y aurait
à introduire largement le verre, produit indestructible et impénétrable,
dans l’architecture des édifices modernes.

Nous avons proposé son application sous forme de statues, de fon-
taines, de balustrades, de colonnes commémoratives, de faîtages et de
couronnements d’édifices.

Les tonnelles en fer et en cristal, susceptibles de s’élever, par la ré-
sistance du métal, à de grandes hauteurs, seraient un puissant élé-
ment de variété à introduire dans la monotonie de la plupart des
bâtiments actuels.

Leur utilité comme belvédères, sémaphores, châteaux d’eau, etc.,
justifierait leur exécution dans plus d’une circonstance.

A la campagne elles pourraient aussi être utilisées comme serres
chaudes, et seraient d’un effet très-gracieux dans les parcs et les
jardins.

C. A. Oppermann.

Paris. — 1" Mars 1859.

NOTES ET DOCUMENTS.

Maisons «le miipagne «les environs «le Francfort s. M.

Par M. Ch. Gramm, Architecte.

PL. 7-8.

Les deux maisons de campagne que nous donnons dans ies PI. 7-8
font partie des jolies villas qui sont en si grand nombre dans les envi-
rons de Francfort-sur-Mein. Elles nous ont surtout paru remarquables
par leur décoration simple et élégante, parleurs lignes pittoresques qui
ne choquent pas les règles de la symétrie, et par le cachet de liberté
et de fantaisie qui les distinguent.

(1) Pour la série complète des Numéros, voir les Nouvelles Annales de la Construc-
tion, le Portefeuille economique des Machines et les Nouvelles Annales d’Agriculture,

O — 18.

Dans la première maison qui est indiquée Pi. 7, le veslibule donne
accès à l’escalier et communique au fond avec un passage qui con-
duit à la chambre d’habitation, à la chambre à coucher et au salon. La
disposition du premier étage est entièrement identique à celle du rez-
de-chaussée, elle n’en diffère que par l’addition de deux varandahs
disposés de chaque côté du salon et communiquant avec lui.

Les fig. 4, 5 et 6 indiquent les ornements principaux, tels que les
chapiteaux des colonnes du perron et la façade des varandahs.

Dans la deuxième, celle qui est représentée dans la PI. 8, l’entrée de
la maison est précédée d’un perron couvert donnant accès sous un
porche qui communique avec le veslibule. Autour de cette dernière
pièce sont groupés le passage qui mène à l’escalier enfermé dans la
tourelle, la salle à manger dont une porte donne sur une terrasse, et le
salon.

Au 1er étage, dont le plan est indiqué Fig. 3, la distribution est la
même que celle du rez-de-chaussée.

Les Fig. A, 5 et 6 représentent les détails des principaux ornements
de la construction; l’avant-corps qui communique avec la terrasse, les
arcades qui forment, au rez-de-chaussée, les croisées du salon, et la
couverture du perron.

Ces deux dessins sont extraits d’un très-élégant ouvrage publié à
Francfort par M. Gramm, chez Carl Jügel, libraire.

SERRURERIE ARTISTIQUE.

Ürille dormante en fer forgé, style B,oui s XIV,

de la chapelle Saint-Jean.

Griiïc et fiortc en fer forgé, style Lonls XV,

de la chapelle Saint-Laurent (cathédrale de Sens).

PL. 9 ET 10.

Les grilles que représentent les Pi. 9 et 10, sont exécutées en fer
forgé comme tous les beaux ouvrages de ce genre qu’on rencontre
dans les édifices des deux siècles derniers. Elles remontent ainsi aux
temps où les travaux de serrurerie avaient une importance qu’ils ont
un peu perdu de nos jours, et ne sont pas moins remarquables par la
perfection du travail que par l’élégance de leurs formes.

La PI. 9 donne à une échelle qui permet d’en saisir tous les détails,
la grille dormante de la chapelle Saint-Jean dans la cathédrale de
Sens, ouvrage dont les proportions heureusement établies, rappellent
bien le siècle de Louis XIV dans lequel il a été construit.

La Pi. 10 représente la porte et la grille de la chapelle Saint-Laurent
qui se trouvent dans la même église que la grille précédente. Elles sont
formées par des panneaux symétriques dont les barres diversement
contournées et distribuées donnent a l’ensemble du travail un aspect
riche et élégant, en même temps qu’elles en accusent plus fermement
le style qui appartient au règne de Louis XV.

On comprend qu’aux époques où ces ouvrages ont été exécutés, ils
ont dû revenir à des prix très-élevés par suite de la cherté de la main-
d’œuvre et. des matières premières ; il nous est actuellement impossible
de les préciser, mais de nos jours, de semblables grilles pourraient ne
pas dépasser !e prix de 1 fr. 25 le kilogramme.

lia perspective savante et la perspective pittoresque.

Par J. Adhémar,

La plupart des peintres éprouvent une grande aversion pour les
études géométriques; beaucoup d’entre eux se glorifient de leur
ignorance à cet égard, et, ce qui est le plus fâcheux, c’est qu’ils sont
souvent poussés dans cette voie par ceux-là même qui devraient les
en détourner.

Afin de prouver que nous n’exagérons pas, nous placerons ici quel-

1860. — 2
loading ...