Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 5.1861

Seite: 9
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1861/0013
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
9

L’ART INDUSTRIEL. — 5” ANNÉE. — MARS-AVRIL 186J.

10

tî° 2.—mavs=7lml 1861.

PL. 7, 8, 9, 10.

SOMMAIRE.

texte. — Projeta et proposilions. — 210. Achèvement de la décoration du
Ministère des Affaires Étrangères. — Chronique îles Ucuiix-Artg. — Cuivrage des
fontaines et des Candélabres de la Place de la Concorde. — Achèvement de la fon-
taine Saint-Michel. — Plaques indicatives des noms des rues et des numéros des mai-
sons pendant la nuit. — Architecture décorative. — Corniches en briques d’ap-
pareil et en briques moulées des stations d’Ancône à Bologne, par MM. Oppermann
et C1' (PI. 7-8).— Note sur le mouvement architectonique en Allemagne pendant
l’année 1800. — Serrurerie artistique.— Espagnolette à poignée verticale, par
M. J. Maréchal (PI. 9).— Serrure-verrou, par M. J. Maréchal (PI. 9).— Grilles
modernes à panneaux ornés exécutées au Bois de Boulogne, dans deux propriétés ri-
*eraines (PI. 10). — Borurc et Gnlvauoplustîc. — Dorure sur porcelaine brillante
sans brunissage, par MM. Dutkrtre Frères.— Revue photographique.— Con-
servation de la couleur noire aux épreuves photographiques, procédé de M. Désiré
Lebrun. — Agrandissement des épreuves photographiques. — Application à la Pho-
tographie de l’action de la lumière sur un mélange de perchlorure de fer et d’acide
tartrique. — Épreuves au gallate de fer (encre ordinaire). — Épreuves au charbon et
aux couleurs en poudre. —Vitraux photographiques. — Procédé positif au charbon.

PLANCHES. — 7-8. Corniches en briques d’appareil et en briques moulées des
stations d’Ancône à Bologne, par MM. Oppermann et Cie. — 9. Espagnolette à poignée
verticale et Serrure-verrou, par M. J. Maréchal.— 10. Grilles modernes à panneaux
ornés exécutées au Bois de Boulogne, dans deux propriétés riveraines.

PROJETS ET PROPOSITIONS

%lO (l). Arlièvemcnt de la décoration

du Ministère des Affaires Etrangères.

Il existe, au dessus des fenêtres principales du Ministère des Affaires
Etrangères, une série d’ovales en marbre uni qui semblent attendre une
décoration pour représenter à l’œil une idée quelconque. Ne serait-il
pas temps d’y graver, en or ou en couleur, les armoiries des princi-
pales nations du monde.

Comme façade, le bâtiment y gagnerait, et comme Ministère des
Affaires Etrangères, on en augmenterait la signification.

Ce ne serait du reste que l’application de cette règle fondamentale
de l’architecture, que la décoration d’un édifice doit expliquer, autant
que possible, le but auquel il est destiné.

C. A. Oppermann.

Paris. — 1" Mars 1861.

CHRONIQUE DES BEAUX-ARTS.

Cuivras*' des fontaines et des candélabres

de la Place de la Concorde.

On se dispose, en ce moment, à transporter à l’usine de cuivrage d’Au-
tcuil les fontaines et les candélabres de la Place de la Concorde. Cette
opération a pour but, comme on sait, de s’opposer à l’oxydation de la
fonte, et par suite de dispenser de donner, sur les œuvres d’art qui dé-
corent nos monuments publics, de nombreuses couches de peinture
qui altèrenL souvent d’une manière si regrettable la pureté des lignes.
Elle a été déjà pratiquée avec succès à trois fontaines des Champs-Ely-
sées el à celle de la Place Louvois.

Le poids total de la fonte destinée à être ainsi galvanisée est évalué
à 480 tonnes.

Aclièvemciit de la fontaine Saint-Micliel.

On vient de démolir les deux groupes de Chimères domptées par des
enfants qui étaient placés à droite et à gauche du bassin inférieur de
la fontaine Saint-Michel.

(1) Pour la série complète des numéros, voir les Nouvelles Annales de la Construc-
tion, le Portefeuille économique des Hachines et les Nouvelles Annales d’Agriculture.

0 - 24

On sait que ces groupes, exécutés en plâtre, n’étaient que provisoires;
ils seront prochainement remplacés par d’autres en bronze qu’on ter-
mine en ce moment, et qui seront la reproduction des premiers, à part
quelques modifications de détail.

Plaques indicatives des noms des eues

et des numéros des maisons pendant la nuit.

On a expérimenté, sur la place de l’Hôtel-de-Ville et dans l’avenue
Victoria, un nouveau système de plaques indicatives des noms des
rues et des numéros des maisons dont chacun appréciera l’intérêt pra-
tique. Le but de celte invention est de rendre les inscriptions lisibles
la nuit. Les appareils consistent en un double cadre en bronze
dont la partie antérieure porte la plaque indicative eu verre bleu,
sur laquelle le nom de la rue ou le numéro est gravé en blanc.
A l’intérieur est placé un tube horizontal muni de un ou de plu-
sieurs becs à gaz, suivant l’étendue de l’inscription. L’appareil s’ouvre
et se referme sans aucune difficulté, grâce 'à un système ingénieux de
chaînettes et de contre-poids cachés dans la maçonnerie. Des jours des-
tinés à la ventilation et au dégagement de la chaleur sont ménagés
dans le haut et dans le bas de l’encadrement. Ces appareils ont très-
peu de saillie sur la voie publique. Il serait bien à désirer que leur em-
ploi devînt général, au moins dans les grandes villes, où il est souvent
si difficile de distinguer les numéros des maisons et les noms des rues à
la lueur des becs de gaz tels qu’ils sont installés aujourd’hui.

ARCHITECTURE DÉCORATIVE.

Corniches en briques d’appareil et en briques moulées

des stations d'Ancône à Bologne.

Par MM. Oppermann et C'*.

PL. 7-8.

Par leur forme régulière aussi bien que par les effets de couleurs
variés que l’on peut obtenir dans leur cuisson, les briques se prê-
tent très-facilement à la décoration des constructions économiques.
Dans certaines contrées, en Allemagne, en Amérique, dans la plupart
des pays méridionaux et dans un assez grand nombre de nos dépar-
tements, elles constituent en effet le principal élément de l’ornemen-
tation des façades. Elles reviennent en général à bien meilleur marché
que la pierre, et les frais de main-d’œuvre qu’elles exigent sont bien
moins considérables. Aussi avons-nous pensé utile de compléter les
modèles de corniches en briques d’appareil et en briques moulées,
que nous avons publiés dans les années précédentes, par le tableau de
motifs simples et élégauts qui se rapportout à ce genre de décoration.

Comme on le voit, les corniches représentées PL 1- 2 peuvent se rat-
tacher à six types distincts.

Le plus élémentaire, figuré dans les n05 l et 2, est composé de filets
simples et doubles. Les bandeaux, en briques posées à plat, peuvent
présenter deux ou trois retraites. Dans le premier cas un bandeau en
briques de champ règue sur toute la longueur de la façade et en com-
plète la décoration.

Les n°* 3, U, 5, 8, 9 sont formés par un filet simple ou double et des
modillons de une, deux ou trois briques, saus retraite, ou à une, deux
et trois retraites à la partie inférieure.

Les n°’6 et 7 comprennent un ou deux filets avec denüculcs d une
seule brique posée de champ.

Pour les constructions qui demandent un peu plus d’élégance, on
peut employer, suivant les cas, les corniches des n°' 10, 11,12 qui con-
sistent en deux filets avec modillons simples, composés de briques sur
champ, comme les précédents, et de consoles simples ou à une ou

1861.— 2
loading ...