Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 6.1862

Seite: 25
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1862/0021
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
25

L’ART INDUSTRIEL. — (5* ANNEE.

MAI-JUIN 1802.

25

tt° 33. — £ïtak3uhî 1862.

PL. 11, 12, 13, 14.

SOIHIHAIRE

TKXTE. — Projets et Propositions. — 255. Do-l’cmploide la végétation dans
la décoration architectonique des fontaines. — Chronique des Ilcnux-Arts. —
Travaux de Paris. — Statues de la façade du Cirque. — Travaux du jardin du
Luxembourg. — Travaux exécutés au bois de Vincennes. — Monument des arts
libéraux et industriels, par M. Boileau, Architecte à Paris. — Société du Progrès de
l’Art Industriel. — Architecture décorative. — Grand chàlet en bois découpé,
par MM. Delessert et G”, Constructeurs à Paris. (PI. 11-12.) Itosaces et Centres or-
nés, style arabe. (PI. 13-14.) — lîevue photographique. — Observations sur le
virage des épreuves photographiques. — Application de la photographie à la gravure
sur bois et sur métal — Appareil photographique de M. Dumont pour obtenir des cli-
chés successifs. — Héliographie des couleurs. — Héliostat de M. Léon Foucault,
construit par M. Duboscq.

PLAH'CiiES. — 11-12. Grand chàlet en bois découpé, par M. E. Delessert et C°,
Constructeurs à Paris — 13-14. Rosaces et Centres ornés, style arabe.

PROJETS ET PROPOSITIONS.

255 (I). Be l'emploi de la végétation

dans la Décoration architectonique des fontaines.

Dans plusieurs fontaines de Rome et de Florence, ainsi que dans les
constructions analogues de quelques villes du Midi, la végétation se
trouve combinée d'une manière très-heureuse avec la sculpture et l’hy-
draulique pour compléter la décoration générale du monument.

Nous citerons, par exemple, la grande fontaine de Trévi, à Rome,
qui est incontestablement la plus belle fontaine du monde. Dans cette
construction, qui occupe tout un côté de la place du même nom, les ro-
chers artificiels et les groupes de statues qui la composent sont entre-
mêles, avec beaucoup de goût, de plantes aquatiques et d’arbustes.

A Marseille, le jet d’eau des allées de Meilhan est également entouré
et orné d’arbustes et de fleurs.

11 est évident que la végétation indique de la manière la plus expres-
sive et la plus gracieuse la présence de l’eau, et, en partant du prin-
cipe fondamental en décoration, que les accessoires d’une œuvre d’art
doivent avoir une signification correspondante à celle de l’ensemble,
on peut dire que toutes les fontaines devraient être accompagnées et
garnies de fleurs et de végétation. G. A. Opperjiann.

Paris. — 1er Mai 1S62.

CHRONIQUE DES BEAUX-ARTS.

TRAVAUX DE PARIS.

Statues de la Façade du théâtre du Cirque. — On pose en ce mo-
ntent, sur la façade du théâtre du Cirque de la place du Châtelet,
quatre statues représentant la Musique, la Comédie, le Drame et
l’Histoire. Ces statues sont placées à l’aplomb des pilastres de la ga-
lerie couverte et lui servent d’amortissement.

Travaux du jardin du Luxembourg. — L’ancienne orangerie du
jardin du Luxembourg est maintenant démolie, et l’on a enveloppé de
charpentes la fontaine de Médieis pour la transporter en avant; le
grand bassin qui servait de vasque à cette fontaine n’existe plus.

En faisant une tranchée derrière la grille du jardin du Luxembourg,
du côté de la rue de Vaugirard, on a mis â découvert une épaisse mu-
raille, débris de l’hôtel que le duc de Finey-Luxembourg avait fait bâ-
tir eu cct endroit, â la lin du xvic siècle (1583), et dont le nom a éLé
conservé au palais élevé plus tard pour Marie de Médieis, par Jacques
Desbrosses.

Travaux exécutés au Bois de Vincennes. — Depuis que nous avons
parlé du bois de Vincennes, des travaux considérables ont été faits
pour la décoration de cette promenade.

La partie du champ de manœuvres qui touche aux glacis du fort, et
que Fou réserve aux exercices ordinaires a été nivelée, sablée, et des

(1) Pour la série complète des numéros, voir les Nouvelles Annales de la Construc-
tion, le Portefeuille économique des tlachines et les Nouvelles Annales d’Agriculture.

O — 33

pelouses, coupées de plantations d’arbustes, ont été réservées a
droite, eu avant du bois.

Au delà de la partie sablée, s’étendent de vertes prairies entourées
de barrières rustiques, que l’on peut enlever en cas de grandes ma-
nœuvres.

Au delà des cibles et du polygone, la prairie est resserrée par le
bois, en avant duquel on plante des massifs d’arbustes pour adoucir
la ligne un peu brusque de la haute futaie. Le jardin d’expériences
agricoles et les fossés de la redoute de Gravelle seront masqués par
ces plantations.

Mais, c’est au delà du lac et de la rivière que les travaux les plus
considérables ont été effectués. A la place d’un sol vague et crevassé
se trouve aujourd’hui la partie la plus attrayante de la promenade.
Ce terrain, vallonné à droite et à gauche, et mamelonné au centre,
forme un monticule entouré de pelouses et de jardins.

Au sommet existe un plateau circulaire, d’où l’on découvre la val-
lée de la Marne, et les hauteurs de Fontenay et de Montreuil. Au Sud
de ce mamelon a été percé un large boulevard qui, partant de Saiut-
Maur, passe au-dessus de Gravelle qu’il domine de 20 mètres, sort
du bois à gauche de l’hospice des convalescents, et va rejoindre la
grande route, près la porte de Charenton.

A droite, on achève d’abattre toutes les maisons expropriées pour
l’agrandissement du parc jusqu’à l’ancienne rue de la Demi-Lune, que
l’on a transformée en un boulevard qui aboutira à la porte Picpus, oii
il se reliera au boulevard projeté de la Bastille. A. Cassagnes.

Monument «les Arts libéraux et industriels.

Par M. Boileau, Architecte à Paris.

M. Boileau a ouvert récemment, 6, Boulevard des Capucines, une
Exposition de dessins et de modèles que nous signalons à l’attention
de nos lecteurs.

L’ensemble des compositions qui y figurent représente une série
d’études intéressantes faites dans le but de développer l’architecture
monumentale, en utilisant les ressources que les progrès de l’industrie
moderne permettent d’appliquer aux constructions ayant pour objet
les grands espaces couverts et voûlés.

L’édilice pris pour exemple d’application est : Le Monument des Arts
Libéraux et Industriels.

Ce projet résume tous les travaux exécutés dans ce sens par M. Boi-
leau, depuis vingt-cinq ans, et présente les principaux avantages sui-
vants :

1° Grandeur; 2° Stabilité; 3° Développement de l’ossature par
l’emploi du métal; k° Suppression des constructions doubles (arcs-
boutants, etc.); 5° Économie; 6° Amélioration de l’acoustique, etc.

Nous engageons vivement nos lecteurs à visiter cette Exposition.

C. A. Oppermann.

Société «lu Progrès «le l’Art Industries.

(,Séance du 6 Mars 1862.)

Présidence de M. Th. Eragonard, Vice-Président.

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté.

La correspondance comprend :

Une lettre de M. Lebaron, qui offre d’être l’intermédiaire des expo-
sants français à Londres, accompagnée de circulaires distribuées aux
membres présents ;

M. Maupois, fabricant de fleurs artificielles, demande à faire partie
de la Société.—Renvoyé à la Section des objets fabriqués.

M. le Secrétaire donne lecture de sou rapport sur l’année 1861.

M. Lepage lit un rapport de la Commission nommée à l’effet de faire
rentrer divers objets et sommes.

Al. le premier Secrétaire Adjoint propose d’inviter MM. les Expo-
sants qui ont fait des dons à l’Exposition en vue d’un musée d’art in-
dustriel, à vouloir bien reprendre leurs objets pour les remettre à la
Société, dès qu’elle aura un local spécial.

M. Féloln lit un article traitant du progrès de l’Art industriel, et in-
diquant à la Société les voies et moyens à suivre dans ce but.

1862.— A
loading ...