Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 6.1862

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1862/0035
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
58

L’ART INDUSTRIEL. — 6° ANNÉE. — NOVEMBRE-DÉCEMBRE 18(52.

54

Deuxième second grand prix, à M. Xavier-Alphonse Monchablon,
né àAvillers (Vosges) le 12 Juin 1835, élève de MM.Gleyre et Cornu.

Mention honorable, à M. Alexandre-Georges-Marie Régnault, né à
Taris le 30 Octobre 18A3, élève de M. Lamothe.

Prix de Gravure en taille douce. — L’Académie des Beaux-Arts de
l’Institut a jugé, dans sa séance du 13 Septembre, le concours des
grands prix de gravure en taille-douce. Les prix obtenus sont :

Le premier grand prix, à M. Adolphe-Joseph IIuot, de Paris, âgé de
23 ans, élève de M. Henriquel.

Le second grand prix, à M. Jules-Ferdinand Carre, né à Noyers
(Yonne), le 6 Décembre 1836, élève de MM. Lêvy et Laemein.

G. Detreez.

PROMENADES ET PLANTATIONS.

Travaux de la place du Château-d'Eau. — On modifie, autour du
Château-d’Eau, les promenoirs où deux fois par semaine s’installe le
marché aux fleurs.

A droite et à gauche de la fontaine, ces promenoirs formaient deux
croissants dont les concavités encadraient une partie de la voie qui con-
tourne la base du monument. Pour donner à cette voie plus de largeur
et pour en faciliter l’accès, on a échancré chaque promenoir jusqu’à la
seconde rangée d’arbres, et leurs extrémités, de. concaves qu’elles
étaient, ont été rendues convexes. Quant aux arbres des deux rangées
supprimées, ils sont déplantés avec soin et reportés sur le promenoir
de droite, devant la caserne du Prince-Eugène, où les plantations sont
multipliées de manière à y former un couvert semblable à celui de
l’autre côté.

On transforme en une corbeille de fleurs la grande fontaine du Châ-
teau-d’Eau.

Les grands bassins concenlriques de celte fontaine ont été remplis
de sable, dans lequel on place des pots de fleurs.

Cette opération n’empêchera pas la grosse gerbe culminante de jail-
lir : des intervalles ont été ménagés dans la corbeille pour que l’eau
puisse, de la gerbe, descendre en cascade.

Travaux projetés d Montmartre. — La place Saint-Pierre, qui est si-
tuée au bas du versant Sud-Est de Montmartre, est, d;t-on, sur le point
d’être convertie en square, ainsi que la pente qui y confine et qui ap-
partient à la ville.

Trois plates-formes étagées et communiquant de l’une à l’autre par des
voies sinueuses, seraient taillées dans cette espèce de falaise, et per-
mettraient d’embrasser le panorama de Paris sous différents aspects.
Au sommet de la montagne, on dégagerait les abords de la vieille
église, et une place, ouverte derrière le chevet, formerait une qua
trième terrasse au haut de la promenade; enfin, le Calvaire serait en-
touré d’une grille.

Jardin des Plantes. — Les travaux entrepris au jardin des Plantes,
pour en modifier les tracés, y créer une rivière, et remplacer les treillages
en bois par des grilles en fer, sont sur le point d’être terminés, sauf
ceux de la rivière que l’on ne pourra achever qu’au printemps prochain.

La nouvelle clôture de la ménagerie a été reculée jusqu’à l’extrémité
de l’orangerie, et l’espace laissé vide par ce mouvement de retraite
forme un ovale considérable bordé d’un treillis en fer, et occupé par
une pelouse que la rivière coupe en deux. Cette partie, quoique re-
tranchée de la ménagerie proprement dite, servira de parc à de grands
échassiers.

Dois de Fincennes. —L’Administration continue à pousser activement
les travaux d’agrandissement du bois de Yincennes, sur le plateau de
Saint-Mandé. Outre les grands boulevards qui vont directement de
l’ancien bois aux fortifications, une roule macadamisée, parlant de
l’ancienne demi-lune de la capitainerie des chasses, décrit plusieurs
courbes, et va rejoindre la route de Paris à Genève. A droite de cette
route, on creuse un grand lac au milieu duquel seront ménagées deux
lies avec des ombrages. A gauche de cette voie sinueuse s’élèvent déjà
plusieurs constructions, un établissement de restaurateur, une petite
habitation de surveillant, et l’ancienne brasserie de Saint-Mandé, que
l’on organise en caserne pour les gardes du bois.

Parc de Monceaux. — On continue, au parc de Monceaux, la ser-
rurerie de clôture. On s’occupe aussi de peindre en bronze la grille qui
entoure le parc.

On emploie exclusivement, pour l’arrosage de cette promenade, un
procédé ingénieux. Au lieu d’inonder les pelouses avec une lance

comme celle des pompes ordinaires, on fait stationner sur le gazon un
long tuyau percé dans toute sa longueur de trous imperceptibles et
groupés en tamis, d’où l’eau jaillit en fines molécules pour retomber à
l’état de pluie sur le gazon environnant.

E. Fath,

Employé au Service Municipal.

ÉBÉNISTERIE ET SCULPTURE SUR BOIS.

Canapé style Lotis XV et Console style Lotis XVI.

Par M. Guilmard, à Paris.

PL. 25-24.

Articles antérieurs. — Armoire à glace de la Compagnie Florale, Alb. de l’Art In-
dustr., 1800, col. 19, PI. il. — Bureau style Louis xvi, par M. Gradé, à Paris, Alb. de
l’Art Industr., 1861, col. 46, PI. 25. — Console style Louis xvi, par M. Gradé, Alb.
de l’Art Industr., 1861, col. 46, PI. 25. — Bibliothèque moderne, par M. Gradé, Alb.
de l’Art Industr., 1861, col. 46, PL 26. — Grande glace moderne, par M. Gradé, Alb.
de l’Art Industr., 18G1, col. 46, PI. 26. — Buffets en chêne sculpté, par M. Ribailler,
à Paris (Exposition des Arts Industriels de 1861), Alb. de l'Art Industr., 1862, col. 20,
PI. 7-8.

Le canapé à glace, indiqué PI. 23, et la console de salon donné parla
PI. 2A, ont été dessinés par M. Guilmard, à Paris, bien connu d’ailleurs
par ces sortes d’œuvres d’art. Ces meubles présentent une richesse de
composition vraiment remarquable.

Ils sont d'un très-heureux effet eu exécution, et rappellent franche-
ment, par l’harmonie de l’ensemble et la pureté des lignes, les beaux
meubles du milieu et de la fin du siècle dernier.

G. A. Oppermann.

SERRURERIE ARTISTIQUE.

Bwlcous en fer forgé, (4ylc Loris XIII et Louis XIV,

et Dessus de porte exécutés à Paris.

PL. 25-2G.

Articles antérieurs. — Bordures et Garde corps économiques, Alb. de l’Art Industr.,
1857, Pi. 1-2. — Grille en fer creux, par M. Gandillot, Alb. de l’Art Industr., 1S57,
PI. 13-14. — Grilles de M. de Rothschild et du Bois de Boulogne, Alb. de l’Art In-
duslr., 1858, col. 20, 21, PI. 21-52. — Grille de la fontaine de Pradier, à Mmes, Alb.
de l’Art Industr., 1859, col. 3, Pi. 2. — Grilles et Hampes d’escalier, style Louis xv,
Alb. de l’Art Industr., 1859, col. 10, Pi. 8. — Grille et Porte de Grand-Pré (Ardennes),
Alb. de l’Art. Industr., 1861, col. 7, PI. 6. — Grilles modernes, exécutées au Bois de
Boulogne, Alb. de l’Art Industr., 1861, col. 13, PI. 10. — Grille de Sainte-Clotilde,
Alb. de l’Art Industr., 1861, col. 19, PI. 13. — Balcon en fer forgé, exécuté à Mcudon,
Alb. de l’Art Industr., 1861, col. 20, Pi. 13. — Grille de Brécourt (Eurc|, Alb. de l’Art
Industr., 1861, col. 45, PI. 23. — Balcons en fer forgé, de Lisbonne, Alb. de l’Art In-
dustr., 1861, col. 45, PI. 24. — Grande grille en fer forgé du parc de Monceaux, par
M. Davioud, Architecte, Alb de l’Art Industr., 1862, col. 36, PL 15-16. — Grilleen fer
orgé du square Louvois, par M. Davioud, Architecte, Alb. de l’Art Industr., 1Sü2,
col. 37, PI. 17. — Grille du square des Innocents, par M. Davioud, Architecte, Alb. de
l’Art Industr., col. 37, PI. 18.

Les PI. 25 et 26 représentent quelques-uns des principaux types de
balcons en fer forgé que l’on rencontre dans le quartier du Palais-
Royal, et les rues Saint-Honoré et Richelieu, si riches, comme ou sait,
en monuments du XYIT siècle.

La hauteur des balcons, semblables à ceux indiqués Fig. 1 et h, est,
en général, de 1 mètre, celle des balcons de fenêtres (Fig. 2, 3, 5, 6),
de 0m. 70.

Quant au style général de chacun de ces jolis spécimens de serrure-
rie et du Dessus de porte représenté PI. 26, c’est celui des œuvres de
ce genre exécutées sous Richelieu et Louis XIY.

A. Cassagnes.

REVUE PHOTOGRAPHIQUE.

Alcolène on Colloüion sans étlies*.

L’Alcolène est une nouvelle espèce de collodion, ne contenant au-
cune trace d’éther, et composée d’une pyroxyline particulière entière-
ment soluble dans l’alcool non éthéré.

M. Thomas Sutton a été conduit à préparer ce nouveau collodion
en pensant aux nombreux inconvénients que rencontre l’emploi du
collodion éthéré dans les pays chauds, où le collodion bout sur la
loading ...