Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 8.1864

Seite: 09-10
DOI Seite: 10.11588/diglit.26970#0013
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1864/0013
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
9

10

L’ART INDUSTRIEL. — 8' ANNÉE. — MARS-AVRIL 18(54.

tt° 44. — ütar^Dril 1864.

PL. 7, 8, 9, 10.

SOMMAIRE.

TEXTE. — Chronique des Beaux-Arts. — Travaux de Paris. — Restaura-
tion de l’intérieur de l'Hôtel de Ville. — Décoration do l’entrée du Jardin du Luxem-
bourg. — Travaux Diocésains. — Église Saint-Augustin. — Nouvelle façade de
l’Église Saint-Laurent. — Église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. — Église de la
Trinité, à Paris. — Restauration du Dôme du Val-de-Gràce. — Architecture reli-
gieuse en Angleterre. — Architecture décorative. — Étude générale sur le
Style Arabe, par M. J. C. Destreez. (2' article.) — Fontes d’ornements et
Bronzes d’art.—Consoles et Lanternes à gaz du Grand Hôtel (Boulevard des Capu-
cines), par M. Thauvin, a Paris. (PI. 9.)—Types divers de Consoles et Lanternes à gaz.
(PI. 10.) — Mosaïque. — Peinture en émail sur faïence. — Dorure et Galvano-
plastie. — Usine électrométallurgique d’Auteuil. — Revue l*ho£ogrnphiquc.
— Nouveau procédé au Collodion sec, emploi du Cachou comme conservateur. —
La Photogénie. — Chromophotographie; épreuves photographiques, différemment
nuancées, obtenues sans l’emploi de sels d’argent ni de sels d’or. — Application
de la Photographie à l’Astronomie. — Appareil pour l’observation des épreuves
photographiques. — Compte rendu des Séances. — Société française de pho-
tographie, séance de réouverture.

beakches. — Étude générale sur le Style Arabe, par M. J. C. Destreez. (2e ar-
ticle.) (PL 7-8.) — 9. Consoles et Lanternes du Grand Hôtel (Boulevard des Capu-
cines), par M. Thauvin, à Paris. — PI. 10 Types divers de Consoles et Lanternes à gaz.

CHRONIQUE DES BEAUX-ARTS,

TRAVAUX DE PARIS.

Restauration de l’intérieur de l’Hôtel de Fille.—Tous les grands
appartements de l’Hôtel de Tille sont restaurés actuellement. On vient
de poser ces jours derniers les rampes en fer, artistement ouvragées et
d’une rare élégance, du nouvel escalier en fer à cheval construit dans la
cour Louis XIV. Cet escalier est du plus bel effet, et digne en tous
points de l’ensemble de ces travaux de restauration dont nous avons à
plusieurs reprises entretenu nos lecteurs.

Décoration de l’entrée du Jardin du Luxembourg. — On a placé ré-
cemment dans le jardin du Luxembourg, sur le boulingrin gazonné,
situé derrière la grille voisine de la fontaine Médicis, la statue d’un
Satyre, jouant du sistre et dansant sur une outre, en bronze, par N. Le-
quesne ; deux beaux vases en bronze et une petite fontaine jaillissante,
également en bronze.

Cette entrée du jardin, qui a pour perspective le Panthéon, présente
maintenant le plus bel aspect.

TRAVAUX DIOCÉSAINS.

Église Saint*Augustin. — L’église Saint-Augustin doit comprendre,
comme on sait, un dôme de 25 mètres de diamètre et de 60 mètres de
hauteur, flanqué aux quatre angles de tours octogonales, et précédé
d’une longue et large nef. A mesure que l’on monte, avec les tourelles
qui l’accompagnent, la vaste rotonde qui est la partie principale de l’édi-
fice, on peut mieux se rendre compte de l’effet général de ce monument,
analogue d’ailleurs à celui que produisent les constructions du même
genre précédées d’un portail comme les Invalides, l’Assomption, le Val-
de-Grâce.

On espère qu’à la fin de cette année cette église sera complètement
terminée.

Nouvelle façade de l'Église Saint-Laurent. —- La façade nouvelle de
l’église Saint-Laurent, sur le boulevard de Strasbourg, est arrivée à
hauteur du premier étage Cette façade, que construit M. Constant
Dufeux, Architecte, donnera à l’église cette unité de style et de tons
sans laquelle il n’est pas de beau monument.

Elle sera surmontée d’une flèche élancée ayant quelque ressemblance
avec celle de la Sainte Chapelle. Le soubassement est construit en pierre
dure de Bourgogne, extraite des carrières d’Anstrude ; le reste de
l’édifice est en banc royal de Marly-la-Yille.

Église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. — L’église Notre-Dame de
Bonne-Nouvelle,œuvre de M. Godde, le même Architecte qui construisit
Saint-Denis du Saint Sacrement, au Marais, avait, comme cette dernière
église, le défaut d être extrêmement sombre; sa nef, privée de clair étage,
n’y recevant la lumière que par les fenêtres des bas côtés. On vient de
remédier à cet inconvénient en perçant la voûte pour y placer deux
0. — hh

verrières, comme on a fait l’année dernière à la petite église du Marais,
et l’on a par la même occasion remis à neuf l’intérieur du monument.

Église de la Trinité, à Paris. — Le gros œuvre de la nouvelle église
de la Trinité (Chaussée d’Antin), est très-avancé quant à l’extérieur.
Déjà le portail se développe jusqu’à la naissance du clocher, et les tou-
relles qui fout saillie de chaque côté, au second plan, apparaissent sur-
montées d’élégants lanternons.

Quant au corps de l’édifice, la maçonnerie en est terminée, et l’on
place, pour former la voûte de la nef, des nervures cintrées, au-
dessus desquelles on monte ia toiture : ce double système de charpente
est tout en métal.

La nouvelle église de la Trinité a 90 mètres de longueur sur 30 de
largeur; elle a huit portes, dont trois sur la façade, deux sur les côtés,
et quatre à sa partie postérieure; ces nombreuses issues permettront
à la foule de s’écouler facilement.

L’intérieur se compose d’une nef large de 18 mètres et de bas côtés
sur lesquels s’ouvrent les chapelles latérales. Le chœur, exhaussé de
plusieurs marches, communique, à droite et à gauche, à deux grandes
sacristies, dont l’une est destinée aux mariages et l’autre au service
spécial du culte. Sous cette partie postérieure du monument se trouve
une vaste crypte ou chapelle souterraine pour les cérémonies funèbres.
On y descend par quatre escaliers, dont deux communiquent avec
l’église supérieure et deux autres avec le dehors; leurs sorties sont du
côté de l’abside.

Au premier étage, la nef est pourtournée par de grandes galeries en
tribunes

La façade, conçue dans le style de la Renaissance, se compose d’un
rez-de-chaussée avec un porche à cinq arcades, dont trois de face, et
d’un étage percé de trois baies dont celle du milieu est une ro-
sace; entre le rez-de-chaussée et le premier étage, l’arcature d’une
petite galerie forme séparation; dans le sens longitudinal, ce portail
se compose de trois travées qu’encadrent des antes et des pilastres
saillants ornés de niches à chaque étage. Au-dessus du portail et en
second plan, un mur de pignon couronné d’une balustrade à jour con-
stituera le frontail des combles : une balustrade ornée courra d’un
bout à l’autre. Au sommet des murailles, les antes et pilastres seront
amortis par des statues ou des groupes; enfin un clocher, de 65 mètres
d’élévation, surmontera l’arcade médiane du porche, et formera le fond
de la perspective de la rue de la Chaussée-d’Anlin.

Restauration du Dôme du Fal-de-Grâce. — D’importants travaux
de restauration viennent d’être exécutés au dôme de l’église du Val-
de-Grâce, un des édifices les plus remarquables de la capitale et dont la
fondation est due à Anne d’AuTRiCHE. Ce dôme est, après ceux du Pan-
théon et des Invalides, le plus élevé de tous les monuments de Paris.

Une magnifique fresque, exécutée par Mignard, et qui représente le
séjour des bienheureux, le décore à l’intérieur.

Architecture religieuse en Angleterre. — Il est peu de peuples qui
aient montré pour l'Architecture gothique une prédilection aussi pro-
noncée que le peuple anglais. Tandis que la Renaissance gothique, qui
commença en France il y a trente-cinq ans, affaissé à peine une faible
trace, n’ayant eu pour résultat que la restauration de quelques édifices
religieux, de quelques châteaux, de quelques murailles de ville, les
Anglais ont employé à toute fin cette Architecture gothique retrouvée.
Palais, édifices municipaux, édifices religieux et même demeures par-
ticulières lui ont emprunté et lui empruntent encore son style souvent
mal appliqué. Toutefois c’est l’Architecture religieuse qui en a la part
la plus grande, et depuis plusieurs années, il ne se construit en Grande-
Bretagne que des églises gothiques. Les sectes même qui proscrivent ab-
solument le luxe, les sectes iconoclastes adoptent ce style en Angleterre.
Ce mouvement d’Architecture, et surtout d’Architeclure religieuse, ne
saurait être passé sous silence ; il est trop prononcé pour ne pas le signa-
ler d’une manière spéciale. Il ne se produit pas seulement à Londres,
mais dans toutes les villes et même dans les villages de la Grande-Bre-
tagne.

Ainsi Birmingham vient d’ouvrir J-Fycliffe-Chapel, en style du
xiv° siècle. La chapelle de Wycliffe est eu pierre de Bath de diverses
couleurs alternées. C’est une chapelle baptiste; elle a été érigée au

1864 — 2
loading ...