Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 8.1864

Seite: 19-20
DOI Seite: 10.11588/diglit.26970#0018
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1864/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
19

L’ART INDUSTRIEL. — 8e ANNÉE. — MAI-JUIN 1864.

20

s’écoule par la petite branche; alors quand on allume les becs de la
rampe, leurs flammes partielles sont inclinées et se renversent de haut
en bas; de manière que les produits de la combustion soient aspirés
par la longue branche du siphon. Une fois ce courant établi, on cesse
de chauffer cette branche; le siphon est amorcé et fonctionne d’une
manière continue. La flamme, au lieu de monter, est descendante.

Les principaux avantages que cet appareil présenterait sont les sui-
vants : absence de fumée et, partant, d'émanations nuisibles h la santé
des acteurs qui les reçoivent; diminution dans la chaleur projetée et,
par suite, dans l’intensité des courants d’air produits de la scène vers
la salle, enfin, diminution des chances d’accident, car la flamme, n’of-
frant plus désormais qu’un courant de haut en bas, n’envoie plus d’é-
tincelles vers la scène.

Il serait d’ailleurs bien vivement à désirer que la pratique vint con-
firmer bientôt l’exactitude de ces résultats.

Application de VÉlectricité aux grandes Orgues. — Le problème de
l’application de l’électricité aux grandes orgues vient de recevoir, dit-
on, une solution pratique.

MM. Barrer et Verschneider, chargés par l’Administration de la
Ville de Paris de la construction du grand orgue de la nouvelle église
Saint-Augustin, viennent d’être autorisés à y faire la première applica-
tion de leur système, qui a été l’objet d’un rapport favorable de la part
d’une Commission de savants eLd’artistes, dont plusieurs membres de
l’Institut, présidée par M. Dumas, sénateur.

Cette Commission a constaté, dans les ateliers, la réussite du nouveau
procédé appliqué à l’un des trois claviers de l’orgue de Saint-Augustin,
dont la construction est déjà très-avancée.

Le but de cette application est la suppression radicale du mécanisme,
qui, dans le système actuel des orgues, sert à établir la communication
entre les claviers et les soupapes des sommiers qui font parler les
tuyaux, mécanisme qui, dans les orgues modernes, est très-compliqué,
et entraîne avec lui un grand nombre d’inconvénients et d’embarras.

Exposition en Suisse en 186A. — Une exposition de matériaux de
construction, bruts et ouvrés, aura lieu à Olten, canton de Soleure, à
partir du 18 Août 186A. Les Compagnies des Chemins de fer Suisses ac-
cordent aux exposants le transport gratuit, aller et retour, pour eux-
mêmes, et, pour les matériaux qu’ils destinent à l’exposition, une ré-
duction de moitié sur les prix du tarif de la dernière classe à l’arrivée,
et le transport gratuit au retour.

G.-A. Cassagnes,

Ingénieur Civil.

PROMENADES ET PLANTATIONS.

Square lafayettc, à

Depuis quelque temps, une très-grande activité a été imprimée aux
travaux du square Lafayette.

Ce square est le point le plus remarquable du parcours de la rue La-
fayette prolongée. Son périmètre est aujourd’hui complètement formé.

Le fond de la place s’élève en terrasses étagées d’une grande hauteur.
Une rue en escalier, figurée actuellement par des rampes en terre, le.
mettra en communication avec la rue Bellefond. Une autre rue le
relie à la rue de Rochechouart.

Les trottoirs qui doivent entourer le square, et le mur d’appui de la
grille sont terminés. La grille de face, en style gréco-égyptien, est éga-
lement posée. Il est vraiment regrettable qu’elle ne soit pas d’un dessin
plus agréable.

Le square est planté de beaux marronniers, de peupliers, d’épines,
d’ormes de Judée, de lauriers de Portugal et de lauriers-amandes. Au
centre se trouve une pièce d’eau assez vaste, et dans laquelle on a mé- |
nagé des réserves pour les plantes aquatiques. Au fond est une grotte,
surmontée de rochers d’un bel effet, d’où l’eau s’échappe en cascade.
Comme la Ville n’a là à sa disposition que de l’eau du canal à faible
pression, on a ménagé, au-dessous des chutes, des brisants à fleur d’eau,
qui donneront à la cascade un aspect très-animé.

Ce square forme un carré parfait de 100 mètres de côté. Les allées sont
larges et ombreuses, et des sièges en grand nombre y ont été placés.

Les travaux ont été dirigés par M. Grégoire, Ingénieur du Service ;
des Promenades et Plantations de Paris.

S’i'omnuiilp îles Buttes ttliannioiit.

Les travaux de la promenade plantée qui doit être établie sur les
buttes Saint-Chaumont sont commencés et vont être poursuivis active-
ment. On sait que ce nouveau square occupera une superficie de 20 hec-
tares, et qu’il réalisera pour le Nord de Paris, avec des proportions

moindres, toutefois, ce que sont, pour les quartiers de l’Ouest et de
l’Est, le Bois de Boulogne et le Bois de Vincennes. Créée sur un sol
qui présente des différences de niveau considérables, et dont on a tiré
parti, dans le projet, pour obtenir les effets les plus pittoresques,
cette nouvelle promenade sera un véritable bienfait pour un quartier
complètement déshérité jusqu’à présent du luxe salutaire de l’eau, de la
verdure et des fleurs.

G. A. Oppermann.

Paris. — 1er Mai l SG4.

ARCHITECTURE DÉCORATIVE.

r

Etuile générale hui* Se Style Aralie.

Par M. J. C. Destrfæz. (3e article.)

PL. 11-12.

Articles antérieurs.— Alb. de l’Art indust. 1864, PL 5 et 6, col. 5 et 7 (l" article).
— Alb. de l’Art Induslr., 1864, Pt. 7-8, col. 11 (2° article).

Nous continuons l’Étude sur le Style Arabe commencée dans les
précédentes livraisons par la publication des ornements qui jouent un
rôle très-important dans l’architecture dont il s’agit, tels que les Cor-
niches et Consoles, les Antéfixes, les Frises et les Inscriptions, les
Coupoles, les Dômes, les Plafonds et les Pendentifs, etc.

CORNICHES ET CONSOLES.

Feuille 5 (PI. 11).

Fig. 1. — Corniche de la porte Bab-el-Futouh (de la conquête) au
Caire.

Fig. 2. — Soffite de cette corniche.

Fig. 3. — Profil de l’une des consoles de la même corniche.

Cette corniche est très-remarquable par sa forme générale et par ses
détails. Elle est ornée de consoles dont les unes sont décorées dans
leur partie supérieure de têtes de bélier. C’est probablement une imi-
tation des anciens.

La porte Bab-el-Fotouli, dont cette corniche fait partie, fut bâtie au
xi° siècle de notre ère par le vizir Berd-Gemali. Elle appartient à la
première époque du Style Arabe.

Fig. h. — Corniche supérieure de la porte Bab-cl-Fotouh.

Quoique très-simple, cette corniche se fait remarquer par ses mo-
dillons et ses denticules qui rappellent l’antique. Elle couronne la
porte Bab-el-Fotonh.

Fig. 5. — Corniche de la porte Bab-el-Nazr (du Secours) au Caire.

Fig. 6. — Soffite de cette corniche.

Cette porte, de la même époque que la précédente, est très-remar-
quable par la pureté de son style. La corniche est ornée de modillons
au-dessous desquels règne une inscription en caractères coufiques for-
mant frise.

Fig. 7.— Corniche tirée de VAlhambra.

Cette corniche et au-dessus de l’arcade de la cour des Lions; elle se
fait remarquer par ses ornements et par sa frise. Elle est en bois et
présente une saillie très faible.

Fig. 8. — Console en marbre d'une fontaine au Caire.

Fig. 9. — Profil de cette console.

Le monument auquel appartient cette console fut construit en 117A
de l’Hégire (179A de J.-C.). — Trois consoles semblables à celle que
représente le dessin supportent l’appui en pierre des larges fenêtres
où a lieu la distribution de l’eau.

Fig. 10. — Console tirée de VAlhambra.

Fig. 11. — Profil de cette console.

Une suite de consoles semblables ornent la porte principale de l’Al-
hambra nommée porte de la Justice.

Fig. 12. — Console tirée de la Cathédrale de Cordoue.

Fig. 13. — Profil de la même console.

ANTÉFIXES, FRISES ET INSCRIPTIONS.

Feuille 6 (PL 12).

Fig A. — Antéfixes de la Mosquée de Kalaoun (Caire).

Les antéfixes servent à décorer la partie supérieure des murs. Celui
représenté Fig. 1 est de la première époque du Style Arabe en Égypte.

Fig. 2. Anlé/ixes de la Mosquée Touloun, au Caire. Ces antéfixes
sont de la même époque que les précédents.

Fig. 3. — Antéfixes du couvent de Derviches, au Caire.

Le monument auquel appartiennent les antéfixes que cette Figure
représente a été construit à la fin du siècle dernier.

Fig. h. — Frise avec inscription ornée.
loading ...