Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 10.1866

Seite: 11-12
DOI Seite: 10.11588/diglit.26971#0014
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1866/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
11

ALBUM PRATIQUE DE L’ART INDUSTRIEL

MARS-AVRIL 1800.

1-1

— 10' ANNÉE. —

les murs de distribution et les cages d’escalier sont en partie construits;
les planchers en fer de plusieurs étages de la salle sont posés. En dé-
finitive, la construction du nouvel Opéra est poussée avec toute l’ac-
tivité désirable, sans sortir de la limite des allocations budgétaires.

ARCHITECTURE.

Cloui'onucnients de Fenêtres et Fortes coclières

de plusieurs Maisons d’habitation de Paris.

PL. 7-8.

Les PL 7 et 8 représentent divers types de Portes cochères et Cou-
ronnements de Fenêtres de plusieurs Ilôtels et Maisons d’habitation de
Paris.

Nous avons indiqué, en regard de chaque numéro de Figure, l’a-
dresse de fHôlel dont le détail décoratif qu’elle représente fait partie,
ainsi que le nom des auteurs dans les ouvrages desquels quelques-uns
de ces motifs ont été puisés.

Profils de Socles et Saillies en Urique

et en Pierre de taille.

PL. 9.

Nous avons groupé, PL 9, quelques-unes des dispositions les plus
fréquemment employées pour profiler des socles et des saillies de murs,
qui doivent d'ailleurs toujours faciliter l’écoulement de l’eau.

La plupart de ces dessins sont empruntés à un très-intéressant re-
cueil de M. H. üngevitter, de Glogau (1).

La fig. 1-2 indique la disposition la plus simple qui fait usage de
briques a placées à 45° et encastrées dans le mur à leur partie supé-
rieure. C’est un genre de profil très-pratique, parce qu’il est toujours
facile de le réparer.

La fig. 3-4 représente la même disposition à deux étages, afin d’ob-
tenir un peu plus de richesse dans le profil.

Les fig. 5-6-7 montrent un type de socle plus élégant que le pré-
cédent avec assise intermédiaire entre les deux rangées de briques in-
clinées à 45° dans laquelle deux pierres manquent de quatre en quatre,
de manière à former de petits espaces vides. — L’une des coupes est
faite à travers l’assise intermédiaire et l’autre à travers les parties
évidées.

La fig. 8 indique comment on peut raccorder les coins d’un socle de
ce genre. Pour éviter, en suivant la même assise, de tailler de biais les
pierres de couverture, on préfère descendre de quatre assises.

Cette construction mène naturellement à celle représentée Fig. 9-10.
On y a conservé, sur toute la façade, la hauteur variable du socle, ce
qui produit une ligne moins monotone. Pour donner une plus grande
élégance, on a laissé, en outre, en b des vides de 0m.08 à 0m.10 qui
doivent être crépis à la chaux. Dans ce crépi on peut d’ailleurs fixer
des fragments de briques de diverses formes comme cela est indiqué
sur la planche.

Les fig. 11-12 montrent un socle plus riche de profil, à double sec-
tion, vides murés, et dont la partie supérieure est faite de la même
manière que les précédents.

Fig. 13-14. Socle en pierres moulées a. — Si l’on a occasion d’em-
ployer des pierres moulées, il faut avoir soin de faire construire des
profils simples et applicables à peu près partout.

Fig. 15-16. Même type que le précédent, seulement le profil supé-
rieur a contient une partie verticale»

Fig. 17-18. Emploi de deux rangées de briques moulées, posées
l’une au-dessus de l’autre

Fig. 19-20-21. Socle en deux parties, où une assise est disposée
comme cela est représenté par le plan Fig. 21. On construit souvent
de cette manière des fondations entières, et les assises permettent de
donner plus de variété aux diverses moulures et à la façade extérieure
eu général.

Fig. 22-23. Grand socle de pierre dure faisant corps avec une ma-
çonnerie en brique.

Fig. 24-25. Socle de pierre dure plus petit.

Fig. 26. Socle de pierre dure.

Fig. 27. Socle de pierre dure.

Fig. 28-29. Socle construit en pierre dure et moellons.

I) Voi’leqcblâtter fi'ir Zicgcl und Slein-arVeiten.

Si la maçonnerie doit être crépie, la pierre dure doit faire saillie de
l’épaisseur du crépi. Dans tous les cas où l’on combinera des construc-
tions en pierre dure avec d’autres matériaux, il sera bon (comme cela est
représenté dans toutes les coupes) de ne pas terminer brusquement
les assises de pierre dure aux angles supérieur et inférieur du profil,
mais de le relier par une ligne verticale à la partie continue du mur.

On peut aussi faire des socles renforcés par de la pierre dure, Fig. 30.

Fig. 31. Profil de socle plus riche que les précédents.

Types divers de Fenêtres de Caves

en Brique et en Pierre de taille.

PL. 10.

Les fenêtres des caves sont généralement peu étudiées dans l’archi-
tecture moderne.

En faisant le plan d’une construction, on projette d’abord les lignes
des socles et on pense à donner ensuite du jour à la cave; on en place
alors les fenêtres lit ou l’on peut, pourvu qu’elles soient exactement
au-dessous des autres fenêtres. —On ne s’occupe pas non plus généra-
lement de l’écoulement facile de l’eau ni d une forme avantageuse pour
faire pénétrer la lumière : et pourtant, l’établissement d’une fenêtre
de cave est aussi important que celui de toute autre fenêtre; il est
évident que l’on ne peut y apporter une grande ornementation, mais
on peut tout au moins adopter des profils convenables. — Il est vrai que
la pratique présente quelques difficultés pour les maisons d’habitation
dans les villes où les socles n’ont qu’une très faible hauteur. — Dans
les figures suivantes nous tâcherons d’indiquer, quoi qu’il en soit,
quelques bonnes dispositions.

Les fig. 1-2 représentent le cas le plus simple, c’est-à-dire celui où
il est possible de tenir les fenêtres de la cave à la hauteur du socle.

On n’a pas adopté un châssis de fenêtre en bois, et l’aile de laTenêtre
bat contre le mur. — Si l’on est gêné par la hauteur de la voûte à l’inté-
rieur, on peut modifier les fenêtres, comme cela est indiqué, de ma-
nière qu’elles pénètrent dans le corps du mur.

Si cette fenêtre n’est, pas placée au-dessous d’une autre fenêtre, il
convient de faire un arc sur le linteau.

Fig. 3-4. La partie supérieure du socle contourne ici la fenêtre, et la
pièce à laquelle il se trouve joint forme ainsi le linteau de la fenêtre de
cave; en dessous se trouve une seconde pièce formant le linteau pro-
prement dit. De celte manière on obtient un plus grand jour.

Fig. 5. Fenêtre de cave plus petite.

La partie supérieure du socle y pénètre et règne, comme la fig. 6 l’in-
dique, d’abord autour du coin, puis en retour de la fenêtre.

Fig. 7. Cas présenté dans la fig. 5 appliqué ici à la construction en
briques.

Fig. 8. Coupe, là où les coins des fenêtres rencontrent les briques
qui recouvrent le socle, et où ils sont coupés d’après le profil des pa-
rois des fenêtres.

Fig. 9-10. Fenêtre de cave double, avec couverture en forme d’arc.
_Coupes de socle et de la fenêtre.

Fig. 11. Fenêtre de cave, plus grande, construite en briques.

Le châssis de la fenêtre est indiqué par le dessin ainsi que la ma-
nière dont il est posé; toute l’ouverture de l’arc est utilisée comme
prise de lumière sans qu’il soit besoin d’arrondir le bois. Si l’on vou-
lait un socle plus riche, on pourrait, comme cela est indiqué ici, con-
struire des niches et blanchir le fond.

Fig. 12. Coupe de la fenêtre.

Fig. 13. Coupe du socle.

Fig. 14. Fenêtre de cave plus petite, où le socle règne tout autour
et se trouve évidé par le haut.

ZINCS ESTAMPÉS

Modèles de Rosaces en *înc estampé.

Par M. E. Codtelier, Constructeur à Paris.

PL. H.

Rosace de l'MO de diamètre. lU.OO

— 0 .80 — S -00

— 1 .00 — 28 .00

— 1 .30 - 20 .00

— 1 .30 — 22.00
loading ...