Oppermann, Charles A. [Hrsg.]
Album pratique de l'art industriel et des beaux-arts — 10.1866

Seite: 17-18
DOI Seite: 10.11588/diglit.26971#0017
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/album_pratique1866/0017
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
17

ALBUM PRATIQUE DE L’ART INDUSTRIEL. — 10' ANNÉE. — MAI-JUIN 1866.

18

U0 57. — ütai-3uin 1866.

PL. 13-14, 15-16, 17-18.

SOMMAIRE.

TEXTE. — Ebcnistcric et Sculpture sur bois. — Motifs divers de Pou-
tres ornées en bois (PI. 13). — Modèles divers de Couvertures en bois (PI. 14).
— Mosaïque.— Notesur les Carreaux en porcelaine (Azulejo) (Pi. 15-10).— Fontes
«l'Ornement.— Types divers d’Urinoirs publics en fonte adoptés en France et en
Angleterre (PI. 17-18). — Architecture décorative.— Du Style dans la décoration
intérieure des Habitations (Encadrements, Glaces, Tentures, Consoles, etc.), par
MM. Lokctit et Grisey (2e article). — Revue Photographique. — Nouvelle source
d’Aeide oxalique.— Mélange Pyrotechnique pour l’éclairage artificiel. — Laboratoire
portatif de Gustave Anthoni. — Société Française de Photographie.

planches. — 13. Motifs divers de Poutres ornées en bois. — 14. Modèles
divers de Couvertures en bois.— 15-16. Notes sur les Carreaux en porcelaine (Azu-
lejo). — 17-18. Types divers d’Urinoirs publics adoptés en France et en Angleterre.

ÉBÉNISTERIE ET SCULPTURE SUR BOIS.

Motifs divers tic Poutres oniccs en liois.

Pi. 13.

Un des procédés qui se prêtent peut-être le mieux à la décoration
des chambres de grandes dimensions, consiste à laisser les poutres
apparentes et a les ornementer plus ou moins.

Les Fig. 1 et 2 montrent une grande rainure pratiquée latéralement
sur une seule face de la poutre. On a aussi indiqué la disposition
adoptée pour ne pas entailler les fibres qui doivent présenter la plus
grande résistance (profil du côté inférieur de la poutre de la Fig. 1).

La Fig. 3 représente une exécution plus riche de la même disposi-
tion. Si I on veut orner aussi le bord inférieur de sculptures, on doit
toujours le faire de manière que la résistance n’en soit pas trop di-
minuée. Cependant des dispositions aussi riches ne sont pas à recom-
mander pour des poutres, parce qu il en faut alors un nombre considé-
rable, et qu elles exigent par suite une grande dépense et beaucoup de
travail.

Les Fig. A, 5 et 6 représentent une poutre dans laquelle est taillée
une cannelure sur l’arête. Une arête unie est cependant préférable;
car la poutre placée dans le mur, devant avoir pour appui sa section
entière, cette ornementation oblige à la laisser dépasser d’une cer-
taine quantité sur le nu du mur.

Dans la Fig. 6, on a supposé que la face inférieure de la poutre est
peinte. C’est un travail très-simple, et qui est pourtant d’un effet satis-
faisant s’il est convenablement appliqué.

Les Fig. 7, 8 et 9 représentent une exécution plus riche du motif des
Fig. 1 et 2.

Fig. Il et 12, poutre façonnée en demi-cercle.

La direction des cercles concentriques de la section du bois suggère
déjà cette forme à laquelle on a donné, dans le cas qui nous occupe,
une plus grande richesse au moyen des petites moulures rondes pla-
cées sur les coins.

Fig. 13, 1 A et 15, vue des cannelures de la poutre précédente.

Fig. 16, 17 et 18, exécution plus riche du même motif, — cas où les
moulures sont torses. Mais uue ornementation de cette espèce con-
vient mieux à des supports isolés.

Fig. 19, 20 et 21, autre motif de poutre cannelée.

Fig. 22 et 23, cannelures de poutre octogone.

Fig. 2A, autre mode d’exécution de la même cannelure.

Fig. 25, 26 et 27, cannelure octogone plus riche, dans laquelle les
cinq côtés sont cannelés, tandis qu’il n’y en a que deux dans l’exemple
précédent.

Fig. 28, 29 et 30, cannelure octogone posée obliquement.

Fig. 31, 32 et 33, riche cannelure octogone.

Fig. 3A, 35 et 36, cannelure octogone montrant l’assemblage avec
une autre pièce dont les cannelures aboutissent en pointe dans le
coin.

Fig. 37, 38 et 39, cannelure oclogone posée obliquement.

Fig. AO, Al et A2, cannelure hexagone.

Fig. A3 et AA, cannelure riche.

Fig. A5, A6 et A7, moitié d'une poutre cannelée; la cannelure des-
cend sur les faces latérales à l’aide d’un quart de cercle.

O — 57,

Fig. A8, A9 et 50, exemple plus riche de la décoration précédente.
La bande de feuillage pourrait être peinte, pour simplifier le travail.

Fig. 51, 52 et 53, commencement de cannelure analogue à celle
de la Fig. A6.

Fig. 5A, 55 et 56, poutre avec solive inférieure. Au lieu de placer la
poutre immédiatement sur le mur, on peut, comme cela est repré-
senté, l’assembler avec une poutre inférieure reposant sur le mur.

Cette disposition peut être exécutée avec la plus grande richesse; et
même, avec une décoration simple, elle présente une grande variété.

Fig. 57, 53 et 59, poutre posée sur une poutre inférieure de même
largeur, sur laquelle on peut appliquer des ornements sculptés.

Fig. 60 et 61, assemblage simple de deux poutres.

Modèles divers de Couvertures en bois.

PL. 14.

Ces modèles de couvertures, dont on a récemment recommencé à
faire usage sur uue graude échelle, ne sont pas encore employés au-
tant qu'ils le mériteraient.

Le procédé le plus simple, bien qu’un peu coûteux, est de canneler
les poutres et les supports, et de clouer sur ces poutres des planches
rabotées en dessous. On peui alors mettre sur ces planches les poutres
du plancher et poser le plancher sur celles-ci.

La Fig. 1 représente un exemple de ce genre. — On en comprendra
facilement la construction par la coupe de la Fig. 2.

La Fig. 3 indique à une plus graude échelle les filets de recouvre-
ments qui s’y trouvent.

La Fig. A montre le profil de la poutre.—La planche de revêtement
a (Fig 2) est polie, et de cette façon elle est propre à 1 application de
la peinture.

La Fig. 5 représente uue planche simplement cannelée, disposée
de manière à y pratiquer d autres ornements de couleur. Les couleurs
sont figurées par les hachures.

Quant à la couleur de ces couvertures, le plus simple est de laisser
au bois sa couleur naturelle (le bois de sapin même, enduit d’huile de
lin et recouvert de vernis, prend uue agréable teinte brun jaune), et de
n orner que les parties saillantes, telles que les poutres et, s’il y a lieu,
les filets de recouvrement.

Fig. 6, planche de revêtement cannelée; seulement la canne-
lure ne va pas jusqu’aux poutres; elle est coupée à une distance con-
venable.

Fig. 7, autre genre d’ornementation simple.

Fig. 8, autre motif de couverture de bois.

Dans ce cas, les planches de couverture étaient ordinairement as-
semblées à 1 aide d’un angle obtus, et les rainures munies de filets de
recouvrement; mais ici, iomme la Fig. 9 le représente eu coupe, uue
planche repose sur 1 autre, de sorte que les rainures sont garanties et
que l’ou peut se passer ne filets de recouvrement. Ou augmenterait
l’ornementation si, comme cela est représenté par la Fig. il, on can-
nelait les planches qui sont eu arrière, et si ensuite, comme cela est
indiqué dans la partie supérieure de la Fig. 8, ou prolongeait cette
cannelure sur toute la longueur des planches, ou bien, comme cela est
encore indiqué par la partie inférieure de la Fig. 8, si on la taillait
toujours entre deux poutres, eu laissaul libre 1 espace compris entre
elles. Dans ces deux cas, on pourrait donner uue couche de peinture
aux parties polies.

Fig. 9, coupe par ab, et Fig. 10 celle par cd.

Fig. 13, diverses cannelures de la jonction au mur.

Fig. IA, ornementation de la surtace inférieure des chevêlres.

Fig. 15, autre genre de couverture. Les planches de la couverture
sont clouées sur les poutres, dans une direction diagonale, et les rai'
nures sout munies de iitels de recouvrement.

Les poutres sout posées sur des solives inférieures.

Fig. 16, coupe du motif précédent.

Fig. 17, planches du motif précédent à une plus grande échelle.

Fig. 18, profil d un des petits chevêtres.

Fig. 19, 20, 21, composition plus riche et profil.

1866 — 3
loading ...