Alembert, Jean Le Rond ; Keith, George
Eloge De Milord Marechal — Berlin, 1779 [VD18 90543998]

Seite: 39
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/alembert1779/0043
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
V

)( 39 X

très Cours de PEitrope , elle y recueillera âe bons
mémoires sur cette maladie, peut-être en pren-
dra-t-elle sa part.

Milord Marechal aimoit la lednrc ; mais il y
mettoit un choix assorti à ssi rnaniere de sentir
& de penser. Parmi les Ecrivains de notre Na-
tion , Moliere, Montagne & Voltaire étoient
ses Auteurs favoris; & il faut avouer que cette
petite bibliotheque Françoise fait assez d’honneur
à sa philosophie & à son goût ( 19 ). Dom-Qui-
chotte en Eipagnol, en Italien'PAriosie, en An-
glois les Poétes Comiques , en Latin tous les
bons Auteurs connus , fatsoient encore ses déli-
ces. II auroit voLontiers borné ses lectures à cs
petit nombre de volumes , qu’il relisoit sans
ceise, & qui avoient pour lui des graces tou-
jours nouvelles. C’est pour cela que sur la sut
de sa vie il se félicitoit en quelque sorte de la
perte de sa mémoire. J'en aurai, disoit-il, phis
de plaisir a relire les bons livres , dont je ne mt
sonviens plus ( 20 ).

II plaisantoit avec le mëme sang-froid, dans
ses vieux jours, sur l’atsoiblissement de son ouïe
& de sa vue. Ayant lu dans’ un Ouvrage 1110-
derne , que les hontmes murissent & tombent
comme les fruits , & que la mort eit pour eux
■le point de maturité parfaite , il écrivoit à un
ami : Je crois que je ferai bientbt mttr ; à-peu-
près comme Vespasien , prévoyant sa mort pro-
chaine & son Apothéose qui devoit la suivre ,
dü’oit à ses Courtisans : Je seus qite je deviens
Edeu.

1 Sa tète , toujours saine & éclairée , jugeoit -
avec la plus équitable impartiaiité' les évène-

C 4
loading ...