Alembert, Jean Le Rond  ; Keith, George  
Eloge De Milord Marechal — Berlin, 1779 [VD18 90543998]

Seite: 47
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/alembert1779/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
. x +7, x

Marérhal , dans ses variations sur sort âge , étoit
bien éloigné ■> coninie 11011s l’avons dit » de vouloir
paroître à ses amisplus jeune que la Natùre ne l’a-
voit fait. S’il avoit eu la petitesse de chercher à les
tromper là-desstis > il atiroit plutôt penché à leur
donner l’opinion eontraire : car souvent ils l’ont vu
dans sesdernieres années, se plaindre de ne pouvoir
marcher sans soutien > & en même tems aller cher-
cher, par distradtion ? d’un pas ferme & rapide , le
soutien qu’il demandoit, & qui ne lui étoit pas sort
nécessaire. Ce détail, peu important pour le pu-
blic , ne petit avoir quelque intérét que pour les
amis dont nous parlons ; auJïï n’est-il destiné que
pour eux ; maisils ont été en ïï grand nombre , que
le reste de nos Ledeurs nous pat donnera sans doute
de nousêtre arrétés tui moment sur cetobjet.

(i) On saitque le Roi d’Angleterre Jaçques II,
étoit en effet Jésuite , ainïï que l’ont été quelques
îiutres Souverains , qui n’ont pas rougi de le dégra-
der par une ïï-imbécille superltition. Jean III, Roi
de Portugal , e !toit Jésuite , en avoit fiit les vœux,
obéissoit au Provincial , faisoit tous les ans sa re-
traite , & avoit obtenu dispense du Pape pour gar-
der sa couronne. On le voit à Lisbonne sur son
tombeau, habillé en Jésuite. Maximilien, J Juc de
Baviere , se ïït Jdsuite, & ess: mort Jésuite. Yoyez
le Longusrucïna, Tom. i , pag. 17?. Nous nousrroi-
rions coupables d’ajouter ce que les Réfugiés Fran-
çois ont oi'J imprimer à ce sujet contre ia mémoire
de Louis XIV, & qu’il faut repousser avec indigna-
tion.

(4) Dans cette malheureuse guerre d’Ecosse , ïï
funeste au Prétendaàt , Milord Maréchal étoit ie-
condé du Duc d’Ormond , qui avoit commandé en
Flandre les armées de la Reirte Anne , & qui ,
contme lui , e'toit dévoué à la Maison de Stuart.
Le secotirs d’Espagne etoit de six mille hommes»
«vec des arnies pour tre'nte mille- 11 ne put arriver
que trois cents hommes ; mais ils apporterent avec
eux beaucoup d’armes, de munitions , & ménte un
pcu d’argeut, dont on avoit encore plus de besoin.
loading ...