Alembert, Jean Le Rond  ; Keith, George  
Eloge De Milord Marechal — Berlin, 1779 [VD18 90543998]

Seite: 64
DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/alembert1779/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
X 64 X

'tt parîer en bon Chrétien, a abandonné îes bîen»
„ temporels ponr chercher sa retraite dans les Etats
,, Catholiqu.es qui voudront bien lui donner gîte,,.
Çet Evêque , si bon Chràien & si Catholiqus , avoit
trahi son bienfaiteur & son Roi , & recueillit de
cette trahison ce qu’il méritoitla proscription dans
sa Patrie , & le me'pris par-tout ailleurs.

(zz) Voici ce que Milord Maréchal dcrivoit sur
cette singuliere donation. On pardonnera le ton de
cette lettre , en se souvenant que c’ett ua Protes-
t.ant qui l’a écrite , & un vieillard quichercheà s’a-
nniser un monietit par -des plaisanteries saus fiel <Sc
sans consequence. “ Je possede un trésor inestima-
ble , des indulgençes plénieres in articulo mnrtii,
avec pouvoir d’en donner à douze Elus.... Comme
je vous souhaite tout bien dans ce monde & dans
l’autre , je vous ofsre piace parmi ces Elus. La
donation ett authentique ; vive sa Sainteté ! Amsn
Et dans uue autre lettre:“ Le pasieport que je vous
ai envoyé paroit à pre'sent une chosc fort ordinaire;
mais en quelques siecles d’ici ( si par hazard un pa-
■reil se trouve ) , on le recherchera , comme la
façoti de baptiser les enfans dans le ventre de leur
mere , propose'e par le bon Stern , & qui lui sem-
■fale très-orthodoxe car je ne pense pas qu’un si
.digne Prêtre que lui ait voulu rire daus un cas si
grave. Adieu; j’espere que dans peu de tems votts
'pourrez venir chez votre serviteur 1 'llermitani}
gspagno,l“.

F I M, <
loading ...