Alembert, Jean Le Rond ; Keith, George
Eloge De Milord Marechal — Berlin, 1779 [VD18 90543998]

Seite: i
DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/alembert1779/0073
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
7?mfc r»n mâmP anv mpr»u> rla


cti

L o

X 62 )(

ïllustre dcrivain avoit mis un peu de malice- Ses
Tragédies étoient celles de toutes ses produdtions
qu’il aimoit le moins ; non qu’il les crût inférieu-
res à ses autres
Corneille & de 1
tage : ntais ce ge
pour lui , parce q
gnc' dc la Ndttire. (
de penser sur ce
des écrivains cél
plusieurs autres,
résie litteraire qti
d’énoncer modelt
avouer ( car enfii:
coninte un modèl
peu les vers, en t
en lil'oit •■aremen'
sir quand il les av
& souvent mênte
plus heureuses.

(20) Feu d’ann
chal avoit encore
Quand il lisoit u;
qui ne lui étoit p
le didlionnaire sc
dres doutes sur 1
sonne 11e se cont
Par la méme raisi
sans consuiter la ■
tion de quelqu’oi

La ledture aiîîd
ques , lui sourniss
dote sur les hon
& lui donnoit que
ians affedlation & -
nnm dans l’Histoi =-?

Le tems qu’il ni =_
conversation avet E
rians son jardin s< E-^ 1
tous ses soins à 1 =_
rien de prdcoce. E

=" E

r od

Ü
loading ...