Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 2) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-2]

Seite: 7
DOI Seite: 10.11588/diglit.28021#0015
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd2/0015
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
7

quoi depuis longtems je me suis presqu uni~
cjuement appliquè . T' ous, Sire , qui dans le
cours d’ une journèe remplissez tous le de~
'voirs de la royautè , et trouvez encore ie
tems de nous donner quelque chef d’ oeuvre
des les beaux arts, vous devez bien plain-
dre la lenteur de nôtre esprit ; vous, dont
ies instants valent des années ( 1 ). Tout ie
monde , disoit Hirtius , admire ia beaute des
écrits cle Cesar ; nous les aclmirons bien da-
vantage ; jrous, qui, ies iui ayant vû com-
poser, savons le peu de tems quiis iui ont
coutè (2) •

Mais ,

( i ") Mr. cie Maupertuis dans le Discours pro-
ïioncè à l’Àcademie l’année 1747. le jour
de la naissance du Roi .

(2) Cujus tamen rei major nostra, qnam re-
liquorum , est admiratio , Ceteri enim
quam bene atque emendate, nos etiam
quam facile atque celeriter eos ( Com-
mentarios ) confecerit, scimus .

A. Hirtius Pansa dans la preface au livre
VIII. de la Guerre des Gaules.
loading ...