Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 2) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-2]

Seite: 392
DOI Seite: 10.11588/diglit.28021#0400
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd2/0400
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
$92

foncé . II est bien aisé de s’ en éclairciï*
par l’experience qui suit. En réunissant les
rayons bleus de l’image du soleil dans le
foyer d’ une lentille , on peut les conden-
ser mille deux mille fois plus qu’ ils ne le
sont dans l’image colorée , et davantage
encore. En les éparpillant par le moyen
d’un verre concave , on peut les rarefier
de même . II faut donc voir, dans lequel
de ces deux cas on aura du violet, ou plu-
tot si on ne l’aura dans aucun. Si cela
est ainsi, qu’ on n’ ait du violet dans au-
cun cas , on ne pourra pas plus dire, que
le violet est une nuance du bleu, que le
jaune 1’ est du rouge .

Pour s’ assurer, si 1’ orangé de l’image
du soleil est composé ou non , que 1’ on
examine 1’ experience suivante . II faut lais-
ser tomber l’orangé de l’image sur un cer-
cle de papier blanc, remarquer ensuite,
quelle sera 1’ apparence de ce cercle regar-
dé à travers d’ un prisme . II rsest pas dou-
teux, que le cercle ne changera, ni quant
à la fìgure , ni quant à la couleur. Circu-
lus autem is , qui lumine homogeneo illu-
minabatur, plane rotundus 'videbatur , ec

distin-
loading ...