Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 2) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-2]

Seite: 394
DOI Seite: 10.11588/diglit.28021#0402
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd2/0402
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ipsa tandem rubra itidem evaderet, ambce
in unum plane conjungebantur.

Yoila deux orangé semblables , et tout
à fait les mémes quarit à i’oeil. D’ou vient
la difsérence de leurs apparences aprés la
refraction? 1’ un est étérogene , et l’autre
simple ; 1’ un est composé , et 1’ autre pri-
mriif.

La méme experience pourra encore se
faire plus aisément avec du jaune et du
bieu , pour jnettre à 1’ epreuve le verd qui
en resulte .

Cette methode est d’autant plus sure*,
que c’ est la meme precisément , dont
Monsieur Newton s’ est servi pour exami-
ner cette méme question . Aprés un exa-
men si naturel et trés detaillè, ii a fait
liv. ì. 2. partie ( p. 126.) la prop. IV.
theor. 5., dont voici une partie de 1’ énon-
cé . Colores compositione procreari possunt,
qui luminis homogenei coloribus plane simi-
les sint futuri, in speciem quidem et ad
oculorum sensum , non autem in coloris im-
mutabilitatem , et ad constitutionem ac na-
turam luminis . Voici encore ce qu’ ii dit
dans les preuves de la proposition mème.

jEtenim
loading ...