Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 2) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-2]

Seite: 408
DOI Seite: 10.11588/diglit.28021#0416
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd2/0416
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
seeau , et ie jaune et le bieu des espaees
òien plus grands, qui augmenteront à I"
infìni à mesure que ls image sera reeue â
une plus grande distance du prisine , tan-
dis que l'espace occupé par le vert reste-
ra toujours le meme , Ce qui étant con-
traire à 1’ experience , prouve evidemment,
que ie vert n’ est point composé des rayons
bleus les moins refrangibles et des jaunes
ies plus refrangibles, ainsi que cela est ex-
pliqué par M. Dufay .

5. Après 1: explication que nous venons de
citer, M. Dufay ajoute : Secondement, quand
méme ces rayons hleus , et ces rayons jau-
nes n auroient pas la rnérne refrangibilité,
et que leur mèlange ne viendroit ctue de V
étendue du disque du soleil, comme M, Ma~
riotte V a fait voir , ils sortiroient toujours
du prisme sous le merne angle , et par con-
séquent ne se pourroient jamais séparer les
uns des autres ; j’ avoue que je ne vois pas,
comment des rayons qui tombent sur un
prisme sous le méme angle , et qui n ont
pas la méme réfrangibilité, en puissent sor*
tir sous le méme angle . Cela est précisé-
ment contraire à l’idée de la chose . Les

rayons
loading ...