Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 2) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-2]

Seite: 409
DOI Seite: 10.11588/diglit.28021#0417
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd2/0417
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
rayons colorés se séparent dans la réfra-
ction du prisrae par cela seul, qu’ ils n’ ont
pas la même résrangibilité . Qu’est ce au-
fcre chose se séparer, que sortir sous dif-
férens angles , tandis qu’ ils sont tous tom-
bés sous le même ?

6, On avoit crû par de très-bonnes raisons ,
que dans le blanc composd par M. Dufay
le rouge et le bleu entrassent en petite
quantité par rapport au jaune ; et l’on ayoit
cru par des meilleures raisons encore, quoî-
que d’ un autre genre, qué ce blanc sut
équivoque : on nous dit à present, qu’ on
prend le bleu le jaune et le rouge dans
les mémes proportions , oü ils se trouvent
dans le spectre solaire, et que la couleur
qui en resulte est un véritable blanc. Te
ne doute pas , que M. Dufay ne refasse
cette importante expérience avec le soin
qu’ il apporte dans tout ce qu’ il fait, cnm
experimenti hujus dignitas videatur exige-
re , ut summa cum diligentia retegatur , et
penitus explicetur, dum plura de coloribus
simul complectitur et exhibet, quarn in uni-
co tantum experimento solent latere : paro-
les de M. Newton même au sujet de cet
loading ...