Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 2) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-2]

Seite: 410
DOI Seite: 10.11588/diglit.28021#0418
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd2/0418
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
te expérience ( Leç. optiq. p. 189.). Cel-'
le de M. Dufay seroit non seulement con-
traire au systeme, mais aux expériences for-
melles faites et rapportées par un homme,
dont la candeur de 1’ ame ne nous est pas
moins démontrée, que la supériorité du
genie. On sentira aisément cette verité,
lorsqu’ on fera redexion à ces paroles de 1’
optiq. p. 13o. JDico aiuem, albitudinem istam
compositam esse ex coloribus universis in
iinum coactis. Etenim , si cjuis unus plu-
resve colorum istorum acl lentem intercipian-
tur, albitudo ïlla continuo evanescet, et in
eum convertetur colorem , cjui ex reliquorum
colorum non interceptorum permixtione ori-
ri debeat. On a ces paroles dans ses leçons
optiques p. 18g., où après avoir dit, que
toutes les couleurs doivent entrer dans la
composition du bianc , il ajoûte : et sic prœ-
termittendo cjuos ( colores ) veïis , et sisten-
clo alios pro arbitratu possis experiri mix-
turas quaslibet, et jjrobare , qui color incle
generabitur, modo pretium laboris experien-
ticim illam judicaveris . Yoici assurément
le cas, où elle dévient jjretium labons.

7. M. Newton a si éloigné de penser

d’ après
loading ...