Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 2) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-2]

Seite: 415
DOI Seite: 10.11588/diglit.28021#0423
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd2/0423
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
io. Comrae le reste du Mémoire de M.
Dufay n' est point scientifique, qu’ on n’ y
trouve ni objection aux expériences propo-
sées, ni méme qu’il soit fait mention de
quelques-unes, je ne m’y arreterai point.
Je dirai seulement en passant que le livre
contre M. Newton, annoncé dans le Pour
et contre (feuille 2/^2.) n’est pas si neces-
saire qu’on pense pour notre examen, et
pour solidement raisonner dans l’optique .
Quel est le médecin habile , qui n’ait pas
regardé la circulation du sang comme la
grande partie de l’economie animale, dans
le pays méme , où l’on a dans ces derniers
tems écrit contre cette belle decouverte?
Où est le physicien, qui ne croye la pé-
santeur de l’air effrayé des cirgumentations
et des theses des écoles monastiques ? Et
quel geometre en Angleterre a discontinué
de se servir du calcul infìnitésimal, malgré
ce que le docteur Berkley, ecclesiastique
d’ailleurs rempli de connoissances et d’es-
prit, a écrit dernierement contre cette ad-
mirable invention, défendue dépuis peu
avec tant de force et d’ élégance dans ìa
lettere à Vauteur de VAnalyse? Je passerai

donc
loading ...