Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 3) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-3]

Seite: 422
DOI Seite: 10.11588/diglit.28022#0430
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd3/0430
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
^22 IpHIGÎkiE

Achille

Qu’ a clonc ce bruit, qui doive vous
ètonner ?

Âgamemnon

Ciel ! sauroit-il mon artifice? (a Ulysse').
Ulysse

Agamemnon s’étonne ayec raison. Quoi?
tandis que le ciel est en courroux contre
les Grecs, qu’ il faut sséchir les dieux ,
qu’ il ieur saut du sang, et peut-étre du
plus precieux , Achille, le seul Achille ne
songe qu’à l’amour?

Achille

Dans les champs de Troye les efsets fe-
ront voir qui chérit plus la gloire ou d’
Ulysse , ou de moi. Vous pouvez mainte-
nant à loisir consulter les yictimes sur le
silence des vents . Moi, qui de ce soin me
répose sur Calchas, sousfrez, seigneur, que
je presse un hymen, dont dépend mon
bonheur . Je saurai bien réparer devant
Troye les moments, que l’amour me de-
mande en Aulide .

Agamemnon

O ciel , pourquoi faut-il que tu fermes
le chemin de l’Asie à de tels héros? JN au-

rois-
loading ...