Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 4) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-4]

Seite: 60
DOI Seite: 10.11588/diglit.28023#0068
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd4/0068
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
6q Saggiô sopra

medesime cose a un dipresso , per tacere
di parecchj altri ,, ebbe a ripetere monsieur
Boyer, quando fece la proya di recare in

prosa

Mais cette composition mélèe ( qui tiest de
i’austere, et du fieuri ) soui'ce de graces , est
mconnue a nôtre langue ; elle n admet poink
toutes ces disférences-, elle ne sait cjue faire
d' un ìnot bas dur desagréable ; elle n a rien
dans ses trésors , cju' elle puisse eirtployer pour
cacher ce cjui est dèfectueux ; elle n a ni ces
particules nombreuses , dont elle puisse sou-
tenir ses termes , ni 'cette disférente harmo-
nie cjui nait du différent arrangeinent des
mots ; et par coxisécjuent elle est incapable
de rendre la plupart des beautez cjui éclatent
dans cette poésie .

Ibid. p. 42.

Nótre poésie n est pas capable de rendre
toutes les beautez d' Homere , et d’ atteindre
ci son èlèvatìon ; elle pourra le suivre en
cjuelcjxies endroits choisis : elle attrctpera heu-
reusement deux vers cjuatres vers six vers ,
comjìie M. Despreaux l' a fait dajis son Lon*
gin, et M. Racine dans cjuelcjues - unes de ses
tragedies ; mais à la longue le tissu sera si
foible , cju il n y aura rien de plus languis-
sant .

Tbid. p. 48.
loading ...