Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 4) — Venezia, 1791 [Cicognara Nr. 3-4]

Seite: 72
DOI Seite: 10.11588/diglit.28023#0080
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1791bd4/0080
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
fl §AG6IÔ SOPÉA

Se una tale sensatissima risorma potess©
aver luogo o no in un linguaggio già fat-
to , e a cui tanti libri hanno come posto



Un terme nous manque, nous en sentons
le besoins. Choisissez un son doux r et éloP
gnè de toute équivocjue, cjui s' accornode à
nôtre langue , et c/ui soit commode pour ab~
reger le discours. Chacun en sent d' abord
la commoditè . Quattre ou cintj personnes le
hazardent modestement en conversation fa-
miliere ; d' autres le repètenl par le gout d&
la nouveautè ; le voilà à la mode . C' est ain-
si cpii uri sentier, qu on ouvre dans un champ „
devient bien-tôt ie chemin le plus batu ,
auand 1' ancie.n chemin se trouve raboteux
et moins court.

11 nous faudroit, outres les mots simpies
et nouveaux , des composez et des phrases ,
oh T art de joinclre les termes qu on n a pas
coutume de mettre ensenible fit une nouveau-
tè gracieuse .

Dixeris egregie , notum si callida verbum
Pi.eddiderit junctura novum -----

Horat. Art. poet.

Prenons de tous côtez ce qu il nous faut pour
rendre ?iôtre laugue plus ciaire , plus precî-
ge , plus courte , et plus harmonîeuse , etc. -
Dénélon îettre à l’açcad. franç. art. III.
loading ...