Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 9
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0017
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0017
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Inedite» g

traduction italienne de la Henriade par un
certain Gabiriano . Elle paroit tres fideie ;
Ainsi ce poëme excellent par lui-même va
bientôt passer en toutes les langues , et servir
de modele au poéme epique de toutes les na-
tions . II le miériteroit assurément ; car c’est
le plus sage, et le mieux construit que nous
ayons . Je compte d’achever dans trois se-
maines mon Prince de Machiavel. Si vous
vous trouvez encore vers ce tems à Lon-
clres je vous prierai de prendre sur vous
le soin cle cette impression . J’ai fait ce
que j’ai pu pour inspirer de 1’ horreur au
genre humain pour la fausse sagesse de ce
politique : j’ai mis au jour le contradictions
grossieres dans les quelles il est avec lui
même, et j’ ai tâchè d’ égayer la matiere
aux endroits que cela m’ a paru convena-
ble . On instruit toujours mal lorsqu’ on en-
nuye, et le grand art est de ne point fai-
re bâiller le lecteur . II ne falloit pas la
force d’ Hercule pour dompter le monstre
de Machiavel, ni 1’ eloquence de Bossuet
pour prouver à des êtres pensans que 1’
ambition demesurée , la trahison , la per-
fidie , et le meurtre etoient des vices con-

traires
loading ...