Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 11
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0019
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0019
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ïsrEDÏTE. 11

de jardinage, moa cher Algarotti , me se-
ront d’ autant plus agréables qu’ elles me
procureront de vos nouvelles . Je regarde
les horames d’ esprit comme des seraphins
en comparaison du troupeau vil et mépri-
sabîe des humains qui ne pensent pas . J’
aime à entretenir correspondance avec ces
intelligences superieures , avec ces étres
qui seroient tout à-sait spirituels, s’ils n’
avoient pas de corps: ce sont V élite de F
humanité . Je vous prie de faire mes ami-
tiés à mylord Baitimore dont j’ estime ve-
ritablement le caractere et la façon de pen-
ses ; j’ espere qu’ il aura reçu à present mon
epitre sur la liberté de penser des Anglois .
Souvenez vous toujours des amis que vous
vous êtes faits en vous montrant simple-
ment, et jugez de ce que ce seroit si nous
avions le plaisir de vous posseder toujours .

Je suis avec une véritable estime, mon
cher Aigarotti, vôtre tres affectionné ami.
loading ...