Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 13
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0021
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0021
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Ihedïte,

mathématiques . II y a actuellement a Lon-
dres im grand mécauicien et opticien que
le Roi fait vojager. Cet homrne promet
beaucoup ; je crois que vous ne vous re-
pentirez point de le connoitre ; ii s9 appel-
le Lieberkün .

J’ attens la feuille de Virgile avec împa*
tience pour accélérer F impression de la
bellô edition de la Henriade^ on commen-
cera cette setnaine à la faire copier. Vol*
ïaire est à présent à Cirey avec Emilie .
Hs iront, à ce qu’iîs disent, dans peu à
Bruxelles. Je crois que l’air du barreau ne
leur conviendra ni à l’un ni à i’ autre,
et que Paris peut être regardé comme le
centre d’ attractiçn vers le quel tout fran*
çois gravite natureliement.

Si vous trouvez à Londres quelque ou«
vrage digne de la curiosité d’un étranger,
faites ie moi savoir, je vous prie. J’ ai
vu une piece de mylord Chesteriield pîein^
d’esprit, de bonne plaisanterie, et d’agré-
mens ; elle est sur l’ajustement des dames.
N’ oubliez pas au moins les singulieres prc-
ductions du docteur Swift. Ses îdées uou»
velles, liardîes, e£ quelquesois extravagan-

tes
loading ...