Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 14
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0022
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0022
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
^4 L’ M T T æ R 56

îes m' amuseni . Js aime assez c© RaLelaîâ
d* Angleterre , principalement lorsqu5 il est
bien inspiré par la satire, et qu* il s’ aban-
donne a son imagination .

Adieu, cher Algarotti, n’ oubliez point
ceux que vous avez charmés à Remusberg
par YÔtre presence, et soyez persuadé de
F estime perfaite avec la quelle je suis vô-
îre tres - afsectionné amî.

ïC40ifC + 0»0+0+0^0»C40»CtC^

IV.

à Berlîn ce a6 de Fevrîer ij4Qe

JVlon cher Algarotti, je ne sai quelle
peut étre la raison que vous ns avez point
reçu ma lettre . II y a près d’ un mois que
je vous ai ecrit . J’ ai été depuis ce tems
attaqué d’ une fîevre assez forte , et d’ une
colique trés douloureuse , ce qui m’ a em«
pêchè de répondre à mylord Baltimore. J'
ai cependant travaîllé autant qu’ il m’ a été
possible; de façon que mon Anti-Machia-
vel est acheyè, et que je compte de vou&

r qu?
loading ...