Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 21
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0029
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0029
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ÎKËDITE» 2 î

chîavel, qui est d’ allieurs toüt achevé .
Pour vous amuser en attendant, j’ajoute a
cette lettre deux épitres sur l’ usage de la
Fortune , et sur la constance dans les dif-
flcultés de la vie, et dans l’adversité, avec
uîi conte auquel un médecin a donné lieu.
Vous trouverez ces amusemens assez frivo-
les , vous qui êtes dans un pays où 1’ ori
ne gagne que des batailles , et où 1’ on ne
frappe que de ces grands coups qui deci-
dent de la fortune des Empires et du sort
des Nations . Je voudrois pour ma satisfa-
ction que vos libraires fussent aussi diii-
gens que vos généranx. Pine me fait ex*
trémement languir. J’ai la Henriade prê»
te, et je n’attens que eette feuille eter-
nelle de Virgile, qui paroît être collée pour
jamais daus son impriraerie . II rne semble
au moins qu’on devroit quelque préférea-
ce à Voltaire , car

Virgile Jui cédant la place
Qu’ il obtint jadis au Parnasse ,

Lui devoit bien le inême honneur
Ghez maître Pine rimprimeur.

J’ attens de vos nouvelles , et je me ssatte
que vous youdrez bien avoir soia de tout

B 3

ce
loading ...