Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 22
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0030
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
22 LETTER.E

ce qni regarde ces irapressions aux queîles
je m interesse beaucoup . Àdieu, mon cher
Algarotti, vous pouvex être persuadé de
toute rnon estîme .

40*0*0+0* O +

VI.

à Rëtnusberg ce 19 cïe Mai j.y4°*

\

A ma Muse vive , et légere

Ne sais pas trop d’ attention ;

Mes vers ne sont faits que pour plaire,

Et non pour la dissection .

Yous entrez dans un détail des épîtres
que je vous ai envoyées , mon cher Àiga-
rotti, qui me sait trembler . Yous exami-
nez avec un mîcroscope des traits grossiers
cju’ il ne faut voir que de loin , et d’ une
maniere superfieielie. Je me rends trop
justice pour ne pas savoir jusqu’où s’eten-
dent mes forces. Indépendamment de ce
que je viens de vous dire, vous trouyerez
dans cette lettre deux nouvelles épîtres,
l’ une sur la necessité de l’ étude , et F au«

tr©
loading ...