Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 28
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0036
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
20

L E T T E R

E

IX

à Remusberg ce 24 de Sept,

IVIon cher Cigne de Padoue , Yoltaire
est arrivè tout étincelant de nouvelles beau-
tés, et bien autrement sociable qu’ à Cle-
Ves . II est de très-bonne humeur, et se
plaint moins de son indisposition que d’
ordinaire. II n5 y a rien de plus frivole
que nos occupations. Nous quintessencions
des odes, nous déchiquetons des vers, nous
faisons P anatomie des pensées, et tout ce-
la en obseryant ponctuellement l’ amour
du prochain. Que faisons nous encore ?
nous dansons à nous essoufler, nous man-
geons à nous crever, nous perdons nôtre
argent au jeu, nous chatouillons nos oreil-
les par une harmonie pieine de mollesse,
et qui incitant à l’amour fait naitre d’au-
tres chatouillemens . Chienne de vie , di~
rez-vous, non pas de celle de Remusberg,
mais de celle que vous passez dans des re-
grets , et des souffrances.

Enfin, voila comme le monde est fait s

et
loading ...