Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 37
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0045
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0045
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Ïnédite. ''6'j
ï)e tous ces vils auteurs dont la vaine cohiie-
Croasse dans îa fange aux pieds de l’Hélicon ,
Se poursuit par envie , et se traîne en tortue
Sur le pas d’ Apollon *

Vous pouvez garder le livre en toute sû-
reté, car j’ en ai reçu aujourd’ liui une
vingtaine d’ exemplaires.

Noüs faisons ici tout doucement les Cé-
s-ars, et les Antoines, ea attendant que
nous puissons les imiter'plus réellement .
C’ est ce que 1’ on appesle balloter en at-
îendant partie „

Je suis bien aise que les images tle ces-
grands hoinmes vous aient fait plaisir au
cabinet des Medailles . J’ aurois sou-haité
seulement que leur viie eût eu le merite
de vous guerir , comme on le prétend de
l’ image miraculeuse de la Sainte Dame
de Lor....

Je n’ irai point à Berlin . Une bagattel-,
ie coriime c’ est la mort de l’Empereur ne
demande pas de grands mouvemens . Tout
étoit prévu , tout étoit arrangé. Ainsi il
ne s’ agit que d' exéctiter des desseins que
j’ai rouié depois long tems dans ma tète .

Les medecins m’ ont promis que dan&
G 3 quinzô'
loading ...