Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 41
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0049
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
N E D I T E .

4t

xv;

à Piemusberg ce 8 Nov. iy4°°

Ton Apollon ts fait voler au ciel,

Tandis, ami, que rampant sur la terre
Je suis en butte aux carreaux du tonnèrre,

A' la malice, aux dévots dont Ie fiel
Avec fureur cent fois a fait la guerre
Â' maint humain bien moins qu’eux criminel,
Mais laissons là leur imbecille engeance
Heurler i’erreur, et prêcher 1’abstinence
Du sein du luxe et de leurs passions,

Tu veux percer la carriere immense
De l’avenir, et voir les actions
Que le destin avec tant de constance
Aux curieux bouillans d’ impatience
Cacha toujours très scrupuleusement .

Pour te parler tant soit peu sensément,

A ce Palais qu’ on trouve dans Voltaire,
Temple où Henri fut conduit par son pere.,
Ou tout paroît nud devant le destin,

Si son auteur t’en montre le chemin,
Entierement tu peux te satisfaire .

Mais si tu veux d’ un fantasque tableau,

En ta saveur, de ce rjouveau cahos

Je
loading ...