Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 44
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0052
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0052
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
44 L E T T E R É

exi rendant l’ame aux bords du Xixnoïs»
Je veux de vos lettres, vous bien portant
et même mieux qu’à présent. Vous con-
noissez, et êtes persuadé de l’ estime que
j’ai pour vous.

^ CL' dL -V dL O CZC ^ ^ ô O ■¥■ O CL -Y- CZ4

XYL

à Remusberg ce i3 de Xsov. 1740»

3Vîon cher Cigne, vous êtes né, je crois 3
pour voir arriver de vos jours de grands
evénemens. Voila donc l’Imperatrice de
îoutes les Russies mortey ,ce qui va faire
un terrible changement dans les afsaires
de cet iminense empire. En Saxe on joue
aux osselets, et 1’ on est plein de l’or-
gueil le plus parfait qu’il y a dans le mon-
de : en Frauce on joue au plus fin, et s
on guétte sa proie: en Hollande on trem-
ble, et F on fait pis encore : à Vienne on
se tourne de tous cotés pour prendre une
bonne resoiution ; on a la cangrene dans
le corps, et l’ on. craint une opération dou-

lou-
loading ...