Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 45
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0053
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0053
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E » ï 'T E » 4 5

loureuse s seul remede quî pourroît la gué-
rir : à Remusberg on danse, on fait de
yers, et l’on n’ a plus la sievre : à Berlin
les cignes qui se sont brulé ïes ailes se les
font guérir : et en Dannemarc le Roi et
ses sujets mangent du gruau et du sarra-
sin à en crever. Voila la gazette d’au-
jordhui. Adieu cher Cigne. A Berlin un
quart d’ heure d’ entretien sur vos asfaires
les mettront, j’espere, dans une situation
que vous pourrez étre content.

*o*o*o*o* 0*0 -*0*0*0 + 0*0*0-*

XVII.

à Remusberg ce 16 de JSlov.

]\/Eon cher Aîgarotti, je suis fait pour I©
tristes événemens. Je viens d’apprendre la
mort de Shum mon ami intime, qui m’ai-
moit aussi sincérement que je l’aimois, et
qui m’ a témoigné jusqu’ à sa mort la con-
fiance qu’ il avoit en mon amitié et dans
ma tendresse dont il étoit persuadé. Je
voudrois plutôt avoxr perdu des millions.

On
loading ...