Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 50
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0058
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5o

L E T T E R E

XX»

à Otmachau ce 17 de Janvier

J ai commencé â régler la figure de la
Prusse. Le contour n’ en sera pas tout à
fait regulier; car la Silesie entiere est con-
quise, hors une misérable bicoque que je
tiendrai peut-être bloquée jusques au prin*
tems qui vient.

Toute cette conquéte n’ a couté jusqu’ à
présent que la perte de 20 hommes, et
de deux ofHciers, dont l’un est le pauvre
Durege que vous avez vu à Berliu.

Vous me manquez beaucoup. Dès que
vous arirez parlé d’ affaires, vous voudrez
bien rne s écrire. Dans tous ces 60 milles
que j’ai faits, je n’ai trouvé aucun humain
comparable au Cigne de Padoue. Je don-
nerois volontiers dix lieues cubiques de ter-
re pour un génie semblable au vôtre. Mais
je m’apperçois que je vais vous prier de re-
venir me rejoindre, lorsque vous n’ êtes pas
encore arrivé. Hàtez-vous donc d’arriver^

- d’ exé~.
loading ...