Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 55
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0063
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ÎNEDITE. 55

cîeur du dessein autant qua par la célérité
de V éxécution. Puisse-je, Sire, la voir
bientôt couronnée de nouveaux lauriers
faire succeder les plaisirs aux travaux, re>
passer de Thrace à Cythere.

*G*0*0*0*0*0*0*0*0*0*Q*0*

D E L R E .

XXIII.

Cigne le plus incanstant, et îe plus léger
du monde.

JLe Lutin qui promene ma vagabonde de-
sîinée m' a conduit à Olmutz, de là à îa
téte des armées, et me conduira de îà
dieu sait où. Les François ont donné un
Empereur aux Àllemands ; les Autrichiens
oixt excroqué son héritage à cet Empéreur;
ies Saxons veulent les en chasser de îeur
canapé : les Prussiens yeuîent courir au se-
cours de leurs alliés au travers des boues,
des frimats, des îravaux et des dangers.

D 4 La
loading ...