Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 58
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0066
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0066
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
58 L E T T E n E

D E L C O N T E

A LGAROTTI
XXIV.

a Dresden ce g Fevrier

S I R E

Si je ne savois pas combien d’ames il y
a dans le corps de Y. M. je serois éton-
né de tout ce qu’ elle peut saire à la fois !
Quoi donc! dans le tems que V. M. va fai-
re la plus importante rnarche qu’ on ait
peut - être fait depuis Pharsaîe et Phiîip-
pes ; dans le tems qu’ elle court sauver V Em-
pire, l’Empéreur, la France et les alliés,
elie trouve sous sa main les comparaisons
et les traits que Ghapelle et Chaulieu ne
îrouvoient que dans le sein duTemple, et
dans le repos de Paris ! La paille hachée
et le foin deviennent entre les xnains de
V. M. du mirte et des roses, erx atten-
dant qu ils se changent en lauriers. Les
Graces mêlées avec les grenadiers suivent

Àna:
loading ...