Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 59
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0067
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0067
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
îüTEDÎTE» %

Anacréon qui marche sur !es traces de
Gésar . V. M. a donné peut - étre ba»
taille à V heure qu' il est, et a remporté
une seconde victoire dans sa prémiere an'
née militaire. G’ est bien, Sire, le plus
brillant rôle que prince ait jamais joué,
que celui que Y. M. joue à présent. Mai-
tre des destins dont elle tient le livre en-
tre ses mains, elle va en faire chanter une
page aux autrichiens sur la basse continue
du canon . Rien de plus glorieux pour
Y* M. que de Rnir à la tête de ses alliés
nne guerre qu’ elle a commencé sans en
vouloir aucun : et de redonner la paix à
cette Europe qu’ elle a mis en. feu. Puisse
cette paix aimable venir bientôt mêler son
olivier aux lauriers dont V. M. est couron-
née; et puisse Berlin après avoir été aussî
long tems la Sparte de F Europe en de-
venir 1’ Àthenes ! Que les beaux arts main-
tenant arretées peut-être en quelque mé»
chant cabaret sur la route arrivent enün
à sa résidence, et que mes inscriptions
pour les trois bâtimens qui ne sont enco-
re que sur les tablettes de leur Apollodo-
re sojent bientôt gravées dans le bronze !

Mais
loading ...