Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 73
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0081
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Inedit e.

Voila une gazette militaire que je yous
sais pour vous mettre au fait de nos opé»
rations, et afin qu' indépendamment des
gazettins de Vienne vous sachiez à quoi
vous en tenir. Les Autrichiens ne desirent
point de publier la verité; dans les circon-
stances fâcheuses où ils sont ils voudroient
se faire illusion à eux mêmes.

A’ la sévère vérité

Qui dans un noir chagrin les plonge,

ïis préférent îa fausseté

Et 1 es flatteurs écarts d’un agréable songe.

II y a quelquefois des erreurs plus douces
qu’ un grand nombre de vérités ; teîles sont,
par exemple, l’opinion d’être aimé de cer-
taines personnes ; les distractions qui vous
transportent auprès d’elles, et vous font croi-
re que vous les voyez, parlez, et que vous
vivez avec elles; la force de l’imagination
qui vous représente d’ agréables objets ,
souvent Iorsque pour le local vous vous
trouvez dans les déserts de la ïhebaïde ;
d’agrèables sons, de beaux airs dont on se
souvient. A'propos de beaux airs, j’ai reçu
celui que vous m’ avez envoyé, dont je
fais un grand cas. Je yons prie de féli'?

citer
loading ...