Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 80
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0088
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0088
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E

8o L E T T E R

vôtre terre natale, et faire deux fois par
mois une utile gazette à vôtre roi du Nord
des evénemens de l’orient. Je me verraî
encore dans le cas de vous dire avec cet
illustre romain : Ciceron philosophe salüe
Atticus homme d’éîat.

Je ne pense pas que i’on ose vous char-
ger de quelque autre commission à Veni-
se, si non de coinpiimenter F aurore que
vous voyez, pour ainsi dire, à la toilette,
étant aux portes de i’orient. Dites-lui, je
vous prie, d’étre un peu pius matinaie, et
de nous bien chaufser, car nous en au-
rons grand besoin.

Je m’attends à vous voir bientôt brilîer
dans les gazettes, et que vôtre nom fera
oublier dans peu ceux des Tarocas, des
ch. Temples, et des Ormées. Des soins
qui n’ ont pas ie bonheur de vous piaire,
j’entends des occupations militaires m’em-
pêchent de vous en dire davanîage pour
cette fois . Vous ne pouvez attendre de
moi que de la guerre. C’est à vous autres
ministres â négocier la paixj si vous la
souhaitez tant, vous n’ avez qu’à vous y
employer. Je vous admirerai si vous y réus-

suissez j
loading ...