Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 94
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0102
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0102
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
94 L E T T E R E

déies autre part que dans Rome triora-

phante.

La seconde exprîme, comme V. M. voit,
d une maniere simple et antique, la dédi-
cace que V. M. come Grand Pontife, fait
d’un temple à Minerve, qui est de retour
après la paciHoation de V Allemagne, ou-
vrage de ses mains.

La troisieme aussi courte que son palais
sera vaste, dit que Y. M. aprés avoir re-
culé les hornes de son empire a bâti pour
son usage partîculier autant que pour For-
nement de la ville en général. Ici enco-
re, Sire, je puise dans Rorne et appelle
Berlin la ville tout court, ou la ville par
excellence, ainsî qu’en usoient les anciens
par raport à Rome. J appelle aussi les
états de Y. M. Imperium, suivant la lati-
nité de Ciceron, plutôt que de celle de la
Bulle d’ or.

Si V. M. permettoit qu’ après son nom
on ajouta le titre de Silesiacus les inscrî-
ptions n’ en seroient que mieux : on ren-
droit à V. M. tout ce qu’on lui doit;
V. M. a assurément mérité ce tiîre mîeux
que beaucoup d’empéreurs n’ont mérité ce»

lui
loading ...