Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 96
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0104
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0104
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
96 L £ T T E R E

qu’ un certain autre itaiien de Dresde ne
sera pas non plus trop content de moi ;
mais d y a- des cas dans le monde où il
est bien difsicile de satisfaire un chacun, et
souvent ceux qui se plaignent, a le bien
examiner, ont à se reprocher eux - mêmes
la raison de leur mécontentement.

Vous faites les plus belies inscriptions
du monde ; mais il leur faudroit et d’ au-
tres sujets, et d’autres palais pour les fai-
re briller. Une paix salutaire à i’Europe,
et dont i’epoque prevenoit de trois semai-
nes en vitesse ceîle que mes alliés auro-
îent faite, ne peut manquer de faire fleu-
rrr ies arts, et les sciences . Je crois que
je ne puis mieux employer raon terns qu’
en leur consacrant mes veilles. II faut que
mes occupations de la paix soient aussi uti-
les à l’état que l’ ont pu être raes soins à
ia guerre. En un moî, c est une saison
difsérente de ia vie poiitique. La paix qui
produit tout esî sembiable au printems ,
et la guerre qui détruit est semblable à
l’automne où ies moissons et les vendan-
ges se font.

J’ aurois répondu à vôtre lettre précé-

dente
loading ...